culture

L’expo qui envoie du bois

L’expo qui envoie du bois

«  On envoie du bois  » est une exposition collective menée par un collectif d’artistes,  via leur association «  Friches & nous, la paix » qui existe depuis 2003. La galerie se situe 16 rue Dénoyez à Paris, dans cette rue connue pour le passage d’artistes du monde entier qui viennent recouvrir les murs et les fenêtres par leurs œuvres.

L’espace qui semble également un lieu de rencontre entre et avec des artistes n’a rien du « bling bling ». Quand j’arrive, je vois des pochoirs et des créations réalisés sur des planches de bois. D’autres œuvres sont élaborées à partir de matériaux de récupération. Je repère des pièces d’artistes ( Yarps , Basto ) que je connaissais déjà.

Vintage Sailor Marilyn, par Yarps

 

Je suis accueillie par le street artiste Pixal Parazit qui m’explique son parcours. Il me décrit son processus de réalisation et le support dont il s’est servi cette fois-ci pour l’expo : le polystyrène. Je suis attirée par un ensemble d’objets travaillés avec du volume. Ce sont des visages colorés ornés d’accessoires fantaisistes, réalisés avec minutie. J’en ai déjà croisé sur les murs de Paris . Il me parle du long travail de précision nécessaire pour la découpe et l’assemblage à la main, avant de parvenir au résultat des pièces exposées. Il me fournit aussi des éléments d’explication sur les rituels associés au Daruma, qu’il reproduit sous forme de stickers et colle dans les rues.

 
Réalisations de Pixal Parazit

 

Nous sommes ensuite rejoints par Pedrô! ,  autre artiste et cogérant de l’association. Il a un air nonchalant et le regard taquin. Il sera  mon guide pour le reste des œuvres exposées, dont les siennes, qu’il anime en me racontant l’histoire de chacune d’elles. Il a le genre d’approche qui réduit immédiatement les distances, avec un vrai sens de la répartie. Quand je qualifie de « Génial! » une des œuvres qu’il me montre, il relativise tout de suite mon propos par un trait d’humour. Preuve s’il en fallait une de sa modestie. Mais je le reçois aussi comme une manière de pousser à plus de réflexion pour que les choses dites soient mieux pensées et ne laissent pas de place à la flagornerie.

Pedrô! me fait découvrir une pièce dans laquelle sont entreposées plusieurs de ses créations sur des objets du quotidien qu’il a réussi à transformer. Ce sont pour beaucoup, des reproductions de ce que je devine être ses idoles ou tout au moins les personnes ayant marqué son parcours. Ses pochoirs, œuvres sur bois ou récupération témoignent d’une influence pop art américaine, une culture politique, musicale, mais aussi de son refus de capituler face aux événements révoltants de la société dans laquelle on vit.

 
genoux a terre de Pedro

Cet état d’esprit général mêlant ironie et refus de résignation transparaît dans la plupart des autres œuvres de l’exposition.

Panorma d'oeuvres exposées
Face 1 de la réalisation en bois sous forme de puzzle par F. Lautissier . Pour voir la Face 2, il faut aller sur place

En plus des objets accrochés, c’est aussi pour le lieu qu’on gagne à avoir fait le déplacement. A la première impression on ne se douterait pas forcément qu’il regorge de petits trésors remplis d’histoires, de l’humanité et l’esprit de partage venant des artistes,  sans oublier le plus important à mes yeux : leur bienveillance.

J’en arrive presque à oublier qu’une galerie d’art est également là où les œuvres se vendent. Ici, il faut le préciser, les prix annoncés restent abordables.

Alors même si vous êtes indifférents à l’histoire de la rue Dénoyez, si vous ne comprenez pas pourquoi on fait toujours un tapage autour du budget pour la création artistique, faites quand même un tour rien que pour la rencontre avec les personnes de cet espace. Allez-y et vous verrez, vous serez sûrement piqués par le virus inoffensif de leur univers.

Et qui sait, si vous avez de la chance, peut-être bien que Pedrô! vous proposera aussi du thé…

 

Vilédé GNANVO

 

Liste des artistes exposés :

F.Lautissier  –  Jupiter Jones  – SP38  – YARPS – MôMô BasTa –  Basto – Spliff Gâchette  – Bault  – Pixal Parazit – Danzia Beretta   Popay – Fapeyla  – Pedrô! – R Pablo

 

Pour en savoir plus :

L’exposition « On envoie du bois » est en cours jusqu’au 15 janvier 2018
Friches &nous, la paix . 16, rue Dénoyez 75020 Paris.
Entrée libre

 

http://art16denoyez.canalblog.com/

 

Céz Art : fenêtre ouverte sur des animaux pop

Céz Art : fenêtre ouverte sur des animaux pop

C’est lors d’un passage récent à Reims que j’ai eu l’occasion de voir une partie des réalisations de Céz Art, un artiste rémois de 28 ans. Son travail est un mélange de pop art, d’art urbain, et de graphisme. Il décrit ses peintures comme une fenêtre ouverte sur un monde onirique souvent non humanisé où la vie prolifère [1].

Avec ses collages dans les rues, il se sert de matière biodégradable pour réaliser des créations figuratives, colorées et  principalement axées sur le thème de la nature et des animaux.

J’ai pu découvrir les œuvres qu’il a produites au parking Buirette à Reims, en collaboration un autre artiste du nom de Jean Luc Breda , dans le cadre du projet Color Fusion. Pour cela, ils ont eu l’appui de Champagne Parc Auto qui leur a laissé carte libre pour leurs réalisations.

À l’entrée du parking, une fresque murale nous accueille. Elle est le résultat de l’univers des deux artistes, avec le style figuratif de l’un et l’univers plus abstrait de l’autre.

Les œuvres ont été reproduites et ensuite collées. En tout, elles sont 22 à être disséminées un peu partout, et sur chaque palier des cinq niveaux du parking. Elles sont disposées dans des endroits stratégiques de sorte à être visibles par le plus grand nombre d’usagers ( sas d’ascenseur, entrées, sorties…) . Avec leurs couleurs vives, elles ont pour but de réduire le côté anxiogène que peuvent provoquer les parkings, généralement froids et bétonnés. Les automobilistes peuvent ainsi échapper à la sinistrose habituelle de ces lieux souterrains.

Parallèlement, au Pavillon CG où Il expose de manière permanente, Céz Art est aussi à l’honneur à l’Office du Tourisme de Reims où il nous propose via « Animal Feather » quelques-unes de ses toiles les plus récentes. À travers les animaux, il axe sur le nécessaire retour à la nature en dénonçant une société tellement modernisée et aseptisée qu’elle en devient dénuée de toute humanisation [2] .

Toiles de Céz Art - ©No Fake In My News
Angry monkey-Panda is the new king -Homeless
Flamingo Acrylique et aérosol sur toile par Céz Art - ©No Fake In My News
Fusion #1 - acrylique et aerosol sur bois - par Céz Art- ©No Fake In My News
Happy monkey – acrylique et spray sur toile 2

Pour ces collages urbains, il utilise des matières biodégradables, avec un mélange de papier, eau et fécule de pommes de terre. Cela est en parfaite adéquation avec un artiste soucieux de mettre à l’honneur les problématiques proches de la nature, source de vie de part sa diversité. Ses créations peuvent aussi se retrouver sur d’autres espaces comme ci dessous, avec la réalisation de la fresque Léo à l’Hôtel Akena.

Projet Color Fusion 6- ©No Fake In My News

Je suis totalement conquise par son univers d’animaux poétiques, colorés, parés d’ailes et de plumes.

 

Vilédé GNANVO

 

Pour en savoir plus:

Exposition permanente 2016-2017
​PAVILLON CG ​7 rue Noël – Reims
Horaire : 9 heures-15 heures / 18 h 30-23 heures sauf mercredi et mardi soir

​Exposition « Animal Feather » à l’Office du Tourisme du Grand Reims  (Parvis de la cathédrale 6 rue Rockefeller)
Du 24 novembre 2017 au 1er janvier 2018  Entrée libre ; Ouvert tous les jours

Sources :

[1]    http://cez-art.wixsite.com/cez-art/c-z-art
[2]    www.facebook.com/events/252996848560989
À Reims, l’art entre au parking

Pin It on Pinterest