exposition

L’expo qui envoie du bois

L’expo qui envoie du bois

«  On envoie du bois  » est une exposition collective menée par un collectif d’artistes,  via leur association «  Friches & nous, la paix » qui existe depuis 2003. La galerie se situe 16 rue Dénoyez à Paris, dans cette rue connue pour le passage d’artistes du monde entier qui viennent recouvrir les murs et les fenêtres par leurs œuvres.

L’espace qui semble également un lieu de rencontre entre et avec des artistes n’a rien du « bling bling ». Quand j’arrive, je vois des pochoirs et des créations réalisés sur des planches de bois. D’autres œuvres sont élaborées à partir de matériaux de récupération. Je repère des pièces d’artistes ( Yarps , Basto ) que je connaissais déjà.

Vintage Sailor Marilyn, par Yarps

 

Je suis accueillie par le street artiste Pixal Parazit qui m’explique son parcours. Il me décrit son processus de réalisation et le support dont il s’est servi cette fois-ci pour l’expo : le polystyrène. Je suis attirée par un ensemble d’objets travaillés avec du volume. Ce sont des visages colorés ornés d’accessoires fantaisistes, réalisés avec minutie. J’en ai déjà croisé sur les murs de Paris . Il me parle du long travail de précision nécessaire pour la découpe et l’assemblage à la main, avant de parvenir au résultat des pièces exposées. Il me fournit aussi des éléments d’explication sur les rituels associés au Daruma, qu’il reproduit sous forme de stickers et colle dans les rues.

 
Réalisations de Pixal Parazit

 

Nous sommes ensuite rejoints par Pedrô! ,  autre artiste et cogérant de l’association. Il a un air nonchalant et le regard taquin. Il sera  mon guide pour le reste des œuvres exposées, dont les siennes, qu’il anime en me racontant l’histoire de chacune d’elles. Il a le genre d’approche qui réduit immédiatement les distances, avec un vrai sens de la répartie. Quand je qualifie de « Génial! » une des œuvres qu’il me montre, il relativise tout de suite mon propos par un trait d’humour. Preuve s’il en fallait une de sa modestie. Mais je le reçois aussi comme une manière de pousser à plus de réflexion pour que les choses dites soient mieux pensées et ne laissent pas de place à la flagornerie.

Pedrô! me fait découvrir une pièce dans laquelle sont entreposées plusieurs de ses créations sur des objets du quotidien qu’il a réussi à transformer. Ce sont pour beaucoup, des reproductions de ce que je devine être ses idoles ou tout au moins les personnes ayant marqué son parcours. Ses pochoirs, œuvres sur bois ou récupération témoignent d’une influence pop art américaine, une culture politique, musicale, mais aussi de son refus de capituler face aux événements révoltants de la société dans laquelle on vit.

 
genoux a terre de Pedro

Cet état d’esprit général mêlant ironie et refus de résignation transparaît dans la plupart des autres œuvres de l’exposition.

Panorma d'oeuvres exposées
Face 1 de la réalisation en bois sous forme de puzzle par F. Lautissier . Pour voir la Face 2, il faut aller sur place

En plus des objets accrochés, c’est aussi pour le lieu qu’on gagne à avoir fait le déplacement. A la première impression on ne se douterait pas forcément qu’il regorge de petits trésors remplis d’histoires, de l’humanité et l’esprit de partage venant des artistes,  sans oublier le plus important à mes yeux : leur bienveillance.

J’en arrive presque à oublier qu’une galerie d’art est également là où les œuvres se vendent. Ici, il faut le préciser, les prix annoncés restent abordables.

Alors même si vous êtes indifférents à l’histoire de la rue Dénoyez, si vous ne comprenez pas pourquoi on fait toujours un tapage autour du budget pour la création artistique, faites quand même un tour rien que pour la rencontre avec les personnes de cet espace. Allez-y et vous verrez, vous serez sûrement piqués par le virus inoffensif de leur univers.

Et qui sait, si vous avez de la chance, peut-être bien que Pedrô! vous proposera aussi du thé…

 

Vilédé GNANVO

 

Liste des artistes exposés :

F.Lautissier  –  Jupiter Jones  – SP38  – YARPS – MôMô BasTa –  Basto – Spliff Gâchette  – Bault  – Pixal Parazit – Danzia Beretta   Popay – Fapeyla  – Pedrô! – R Pablo

 

Pour en savoir plus :

L’exposition « On envoie du bois » est en cours jusqu’au 15 janvier 2018
Friches &nous, la paix . 16, rue Dénoyez 75020 Paris.
Entrée libre

 

http://art16denoyez.canalblog.com/

 

Céz Art : fenêtre ouverte sur des animaux pop

Céz Art : fenêtre ouverte sur des animaux pop

C’est lors d’un passage récent à Reims que j’ai eu l’occasion de voir une partie des réalisations de Céz Art, un artiste rémois de 28 ans. Son travail est un mélange de pop art, d’art urbain, et de graphisme. Il décrit ses peintures comme une fenêtre ouverte sur un monde onirique souvent non humanisé où la vie prolifère [1].

Avec ses collages dans les rues, il se sert de matière biodégradable pour réaliser des créations figuratives, colorées et  principalement axées sur le thème de la nature et des animaux.

J’ai pu découvrir les œuvres qu’il a produites au parking Buirette à Reims, en collaboration un autre artiste du nom de Jean Luc Breda , dans le cadre du projet Color Fusion. Pour cela, ils ont eu l’appui de Champagne Parc Auto qui leur a laissé carte libre pour leurs réalisations.

À l’entrée du parking, une fresque murale nous accueille. Elle est le résultat de l’univers des deux artistes, avec le style figuratif de l’un et l’univers plus abstrait de l’autre.

Les œuvres ont été reproduites et ensuite collées. En tout, elles sont 22 à être disséminées un peu partout, et sur chaque palier des cinq niveaux du parking. Elles sont disposées dans des endroits stratégiques de sorte à être visibles par le plus grand nombre d’usagers ( sas d’ascenseur, entrées, sorties…) . Avec leurs couleurs vives, elles ont pour but de réduire le côté anxiogène que peuvent provoquer les parkings, généralement froids et bétonnés. Les automobilistes peuvent ainsi échapper à la sinistrose habituelle de ces lieux souterrains.

Parallèlement, au Pavillon CG où Il expose de manière permanente, Céz Art est aussi à l’honneur à l’Office du Tourisme de Reims où il nous propose via « Animal Feather » quelques-unes de ses toiles les plus récentes. À travers les animaux, il axe sur le nécessaire retour à la nature en dénonçant une société tellement modernisée et aseptisée qu’elle en devient dénuée de toute humanisation [2] .

Toiles de Céz Art - ©No Fake In My News
Angry monkey-Panda is the new king -Homeless
Flamingo Acrylique et aérosol sur toile par Céz Art - ©No Fake In My News
Fusion #1 - acrylique et aerosol sur bois - par Céz Art- ©No Fake In My News
Happy monkey – acrylique et spray sur toile 2

Pour ces collages urbains, il utilise des matières biodégradables, avec un mélange de papier, eau et fécule de pommes de terre. Cela est en parfaite adéquation avec un artiste soucieux de mettre à l’honneur les problématiques proches de la nature, source de vie de part sa diversité. Ses créations peuvent aussi se retrouver sur d’autres espaces comme ci dessous, avec la réalisation de la fresque Léo à l’Hôtel Akena.

Projet Color Fusion 6- ©No Fake In My News

Je suis totalement conquise par son univers d’animaux poétiques, colorés, parés d’ailes et de plumes.

 

Vilédé GNANVO

 

Pour en savoir plus:

Exposition permanente 2016-2017
​PAVILLON CG ​7 rue Noël – Reims
Horaire : 9 heures-15 heures / 18 h 30-23 heures sauf mercredi et mardi soir

​Exposition « Animal Feather » à l’Office du Tourisme du Grand Reims  (Parvis de la cathédrale 6 rue Rockefeller)
Du 24 novembre 2017 au 1er janvier 2018  Entrée libre ; Ouvert tous les jours

Sources :

[1]    http://cez-art.wixsite.com/cez-art/c-z-art
[2]    www.facebook.com/events/252996848560989
À Reims, l’art entre au parking

Rencontre avec l’artiste béninois Rafiy Okefolahan et ses ‘Faits divers’

Rencontre avec l’artiste béninois Rafiy Okefolahan et ses ‘Faits divers’

La première fois que j’entends parler de Rafiy Okefolahan, c’était à une exposition sur l’art urbain à la Galerie Lazarew, au détour d’une conversation que j’ai avec la galeriste. Dès qu’elle apprend que je suis béninoise, elle me parle de cet artiste très « créatif et habité par la culture de son pays ». Huit mois après, je le rencontrais.

Faits divers

Je ne connaissais pas Rafiy Okefolahan. Je commence donc à le suivre et guette sa prochaine expo. Elle se présente. C’est « Faits divers » à la Galerie Charron. J’y fais un tour. Pour moi c’est compliqué à comprendre. Je note dans mon agenda le 11 novembre à 15 heures, date annoncée par la galerie pour une discussion prévue en présence de l’artiste.

Printannier - Série 'Faits divers' 2017 par Rafiy Okefolahan

Mais cet après midi là, je suis à une foire d’art, je ne vois pas le temps passer, je rate Rafiy. Qu’à cela ne tienne. Je refais un tour à l’expo quelques jours plus tard. J’y redécouvre les toiles colorées faites de teintes primaires. À première vue, les mélanges de couleurs sont des appels à la joie de vivre. Et ça contraste avec la grisaille des derniers jours d’automne. Mais il n’y a pas que ça. Je sais des lectures sur lui que l’artiste est féru d’actualité. Je décèle dans les ombres de ses toiles abstraites les tourments de la société. Elles recouvrent autre chose, avec une seconde lecture moins accessible. Je veux savoir ce qu’il y a sous le masque de ses silhouettes fondues dans les couleurs. En sortant, j’apprécie mais je reste un peu sur ma faim, ou devrais-je plutôt dire, ma soif de mieux comprendre.

Diverses œuvres de la série "faits divers" 2017 par Rafiy Okefolahan

Peu de temps après, j’apprends que le succès rencontré par l’expo a permis qu’elle soit prolongée jusqu’au 21 décembre. Cette fois-ci, je saisis l’occasion. Je décide de rencontrer l’artiste pour en savoir un peu plus. Je le contacte via Instagram. Rendez-vous est pris.

Ce qu’on peut déjà dire de Rafiy

Il est né le 7 janvier 1979 à Porto Novo ( Bénin ). Il puise sa force créatrice dans le bouillonnement culturel de l’Afrique. Artiste nomade, son parcours l’a porté dans divers pays d’Afrique de l’ouest, avant qu’il ne s’installe 2 ans au Sénégal, à l’école Nationale des Arts de Dakar. En 2014, il a été sollicité pour une première commande publique pour l’Aéroport de Cotonou (Bénin) [1] . Aujourd’hui, il vit et travaille en France. Il projette sur ses toiles les lectures qu’il fait des événements qui secouent la planète. Il met dans ses œuvres son intention de faire découvrir la culture en général, celle de son pays d’origine en particulier. Et pour cela, il se sert volontiers des éléments naturels comme la terre, le sable ou le marc de café. Il conçoit sa production comme un moyen de mettre de l’ordre dans le chaos du réel, de lutter contre l’oubli, de garder en mémoire [2] .

Rencontre avec l’artiste

Pour comprendre mon travail, il faut connaître mon pays, ma culture

Rafiy Okefolahan

La rencontre a donc lieu le lundi 27 novembre 2017, il est 16 heures et il pleut des cordes. L’artiste Rafiy me reçoit dans son studio en rez-de-chaussée dans une ville de la proche banlieue parisienne. Il est entouré de quelques amis artistes, parmi lesquels le promoteur d’événements via la plateforme  Natural Dap Records . Il est surpris, il pensait voir un homme. Il faut dire qu’avec les réseaux sociaux, aucune présentation formelle n’avait eu lieu auparavant. Une fois les présentations faites, nous rentrons dans le vif des sujets qui me permettrons d’en savoir un peu plus sur sa personnalité pour mieux saisir ses œuvres.

Je vous propose donc en exclusivité, des extraits de l’interview que j’ai menée avec lui.

Pour commencer, tu peux te présenter et revenir un peu sur ton parcours ? 
J’ai commencé entre Cotonou et Calavi. À force de côtoyer des peintres et autres artistes, j’ai eu envie de peindre aussi. Au début, je faisais des petites choses au centre artisanal et j’ai approché un artiste qui m’a inspiré. Au Bénin, l’inspiration part souvent du Vaudou. 

Et c’est qui cet artiste ? 
Peu importe. Il n’a pas voulu me prendre comme élève car selon lui, je n’avais pas des aptitudes pour la peinture, pas une tête à faire la peinture. J’ai donc commencé à prendre des cours à droite et à gauche chez d’autres artistes. Pour survivre, j’ai d’abord reproduit des œuvres pour vendre. J’ai rencontré un artiste togolais, Kikoko qui était en exil politique. Il utilisait un grattoir, pas un pinceau. Pendant 6 mois, j’ai peint à ses côtés et appris d’autres choses.
Puis j’ai beaucoup voyagé pour apprendre d’autres techniques. Car l’histoire et la pratique religieuse étant différentes dans chaque pays, les inspirations et les influences le sont aussi. Plus on s’éloigne du Bénin, plus c’est différent. Il y a d’autres réalités. J’ai ensuite intégré une école nationale des beaux-arts à Dakar au Sénégal. Je n’y suis resté qu’1 an car il y avait trop de théories et moi j’avais besoin de pratiquer et de gagner ma vie. Je fais la Biennale de Dakar. En 2008, je mets en place le mouvement ELOWA (qui veut dire Aller et revenez en paix en Yoruba ) pour favoriser les échanges et la création entre divers artistes. J’ai continué à travailler avec des artistes puis je suis allé en France dans un but artistique, sur invitation du galeriste Olivier Sultan.
Et comme je voyais qu’il y avait beaucoup de protocoles pour intégrer la scène artistique à Paris, que c’était trop long avec trop de codes, j’ai pris mes tableaux sous les bras et je suis allé frapper à des portes de galeries au culot. Une galerie m’a proposé une collaboration et depuis 2009, je suis resté et c’est comme ça que les choses sont parties. Aujourd’hui, j’expose un peu partout. 

Mais tu avais une idée du prix du marché et de la valeur de tes tableaux quand tu as démarché les galeries ? 
Non pas du tout. Je suis même venu avec mes prix depuis là-bas. Le genre 500 euros pour une toile 1 m/1 m. J’ignorais les prix du marché 

Comment définis-tu ton style ? 
Je ne donnerai pas une définition académique de mon style. Donner une définition, c’est se mettre dans une case. Moi j’ai envie d’apporter un mieux. J’ai envie d’apporter des émotions aux gens. Par exemple il y a des mots dans ma langue qui ne correspondent à rien dans ce que je veux décrire en français. Moi je pense d’abord en Yoruba et ensuite je traduis en français.  Pour comprendre mon travail, il faut connaître mon pays, ma culture .
Dans mon travail, je parle de mes valeurs, de ma culture, de la manière dont les gens s’adaptent aux nouvelles technologies. Le mot artiste a évolué avec le temps… 

Oui il est un peu galvaudé c’est ça ? 
Oui c’est ça 

J’ai lu une interview de toi en 2012 sur Africultures : où tu disais toujours chercher la bonne définition de l’artiste. Tu as trouvé ? Qu’elle est elle ? Tu l’as toujours été ou tu l’es devenu ? 
Oui je peux dire, aujourd’hui, je suis un artiste, un bon coloriste. 

OK, justement tu te définis comme quoi ? Artiste contemporain ? Artiste africain contemporain ? 
Artiste. Il ne faut pas qu’on associe « africain » à quelque chose de moins bien, comme une sous-catégorie. Je suis artiste et bien sûr je suis Africain. Mon inspiration est dans le Vaudou et le Bénin. Mais le message que je porte est global. D’ailleurs on parle de monde globalisé aujourd’hui. Donc oui, je suis artiste et je me revendique du monde.
Dans la création ce sont souvent les événements qui permettent de créer. L’histoire de l’art occidentale est différente. Les transmissions sont différentes. Donc l’implication dans l‘histoire d’écriture de l’art est différente. Nous en Afrique, on a une histoire, sauf qu’on la transmet à l’oral. Donc il n’y a pas de trace. Ça ne veut pas dire qu’on n’a pas de passage dans l’histoire de l’art. Mais on n’a pas fait la transmission nous-même, on ne fait pas les choses pour la transmission. 

Justement les réseaux sociaux et internet et tout ça sont là pour permettre la transmission non ? 
Oui, les réseaux sociaux sont une mine d’or pour l’Afrique. On doit se libérer de certaines personnes. Plus besoin d’intermédiaire. Ce sont des outils qui peuvent beaucoup aider en Afrique et sont accessibles au plus grand nombre. Dans ma création, je me sers souvent de tutoriels pour connaître de nouvelles techniques. Internet, c’est une mine d’info.
C’est un bel outil pour la sauvegarde, même si ça peut être dangereux pour l’œuvre d’art et les droits. C’est comme la Bible. Tout dépend de comment on la lit. Ici, tout dépend de l’usage qu’on fait de son œuvre sur les réseaux. Ce n’est pas pareil de publier une œuvre que j’ai signée que de mettre en ligne une photographie qu’on vient de prendre en tant que photographe. Elle peut être détournée, volée. Il faut faire attention à ce que l’on fait. 

Quelles sont tes sources d’inspiration ? 
L’actualité est une source d’inspiration. Le but est de toucher les gens de manière agréable. D’où les couleurs. En Afrique, les couleurs sont partout. Ma manière de fonctionner, c’est comme un féticheur. Il y a comme un besoin d’apporter un cadeau pour le fétiche par la couleur des peintures : rouge soleil, le vert qui évoque les plantes malaxées, le blanc qui est comme la pâte d’akassa mélangée avec de l’eau. La toile est un fétiche, les couleurs sont des offrandes. Par la superposition des couleurs, il y a l’acte de conjurer les mauvais sorts. Les problèmes appellent à l’acte de création. 

Qu’en est-il de ton actualité? Tu es à la fois à Paris et à Auxerre c’est çà? 
Non, l’expo à Auxerre est terminée 

Ah bon ? 
Oui c’est terminé. J’ai fait des choses à Auxerre avec la Jeune Chambre internationale. On a collaboré depuis longtemps sur divers projets avec le Bénin. J’ai fait une performance et j’ai invité plusieurs personnes à participer à une Œuvre collective pour le compte d’une association burkinabé « Chacun cherche son âne » [3] . 30 % des ventes de mon œuvre ont été reversés à l’asso. On a réussi à récolter 1 200 euros qui sont allés directement à l’association.
À Paris, je suis toujours à la Galerie Charron. Justement l’expo a rencontré beaucoup de succès et a été prolongée. 

C’est à la demande des visiteurs c’est ça ? 
Oui elle a bien marché et est prolongée jusqu’au 21 décembre. 

D’ailleurs à propos, je voulais aborder un autre pan de l’actualité. J’étais à AKAA récemment et j’ai été surprise de ne pas t’y voir. C’est une volonté de ta part ou… ? 
Tu sais, j’expose dans des galeries en permanence depuis 2009, à Paris. Et je ne voulais pas être à AKAA juste pour y être. Il faut du temps pour que tout ça se consolide. D’où la nécessite de ne pas se précipiter pour y aller. De toute façon, je finirai par y aller. Soit parce que je voudrais, soit parce que les galeries qui me représentent décideront d’y présenter mes œuvres. Aller à AKAA n’était pas une fin en soi. Mais c’est un événement majeur qui permet de montrer les artistes du continent et c’est une bonne chose. On verra ce qu’il adviendra, on verra si elle se pérennise aussi… 

Est-ce que tu collabores ici avec d’autres artistes ou tu es plutôt solitaire dans ta création ? 
Oui je collabore avec beaucoup d’artistes. J’ai mis en place « Les portes ouvertes à Belleville » et fait voyager des artistes au Bénin. J’œuvre beaucoup pour apporter ma pierre à l’édifice, apporter une autre manière de faire.
Il y a eu au Bénin, le festival de graffiti Regraff qu’on a mis en place pendant plusieurs années. Cette année, ça ne s’est pas fait car on a eu besoin de prendre du recul, de se poser un peu pour voir les directions à prendre. En général, ça a lieu en novembre. On le fera l’an prochain, j’y serai. En tout cas, les jeunes sont outillés là-bas. Maintenant il faut donner une autre orientation à la structure. On a fait venir des artistes en Europe. En France, il y a les artistes de Belleville qui vont au Bénin.
Sinon, je fais beaucoup de travail de pédagogie avec les élevés à Auxerre. Je leur explique l’importance des couleurs. Je les incite à mélanger les couleurs pour observer les résultats. C’est beau l’association de couleurs. Mais depuis deux ans je fais une pause dans cette dynamique d’impulsion culturelle car il faut consacrer aussi à la création. On a un minimum d’obligation vis-à-vis des galeries quand même… 

Une dernière question pour finir. Un de mes sujets de philo il y a longtemps c’était : l’artiste est-il embarqué dans la galère de son temps ? 
Oui. Mais la galère ce n’est pas que financier. Par exemple après un excellent vernissage, l’artiste peut se retrouver tout seul dans son coin, en isolement. La solitude le guette souvent.
L’artiste doit interpeller et se retrouve souvent à faire le boulot que la situation sociale attend de lui. Il devient gardien. Dans ce rôle, il doit être sincère. C’est comme un sacerdoce.
Moi je travaille 24 heures sur 24, pas de repos. Dans la création on s’oublie et on risque de se retrouver tout seul. En tant que créateur, on a besoin de tous pour créer. L’artiste doit se surpasser, passer du monde normal à l’isolement total. C’est comme Jésus en fait . Rires…

Oeuvre de Rafiy Okefolahon
Merci Rafiy pour cette enrichissante rencontre .
 
 
 
Vilédé GNANVO

Pour plus d’informations :

Sur l’artiste Rafiy
Sur l’expo « Fait divers »: En cours jusqu’au 21 décembre 2017 à la Galerie Charron
43 Rue Volta, 75003 Paris
Ouverture du mardi au vendredi de 13 heures à 19 heures, samedi de 13 heures à 17 h 30.
Tél. : 09 83 43 12 05 Email : contact@galeriecharron.com

Sources :

L’expo KEO au Ferry

L’expo KEO au Ferry

 

Depuis le 18 novembre, Le Ferry accueille dans ses locaux l’exposition de plusieurs œuvres de l’artiste KEO, peintre plasticien, spécialiste du post-graffiti. Dans ce lieu de lieu de fabrique culturelle à Palaiseau, l’artiste nous offre une rétrospective et des nouveautés sur son travail qui révèlent la créativité et la diversité de ses modes d’expression.

Biographie de KEO

Personnage représentant KEO

Originaire de la banlieue sud de Paris, il découvre le graffiti à l’âge de 17 ans. Il fait la connaissance et intègre deux « crew » (STK ==> Soul Terrifik Kidz et DST) pour peindre à la bombe, souvent dans l’urgence et de nuit. Son parcours en graffiti s’achève vers le milieu des années quatre-vingt-dix, période où il commence à travailler en agence de communication pour quelques années. [1]

En 2006 il décide de se consacrer pleinement à sa création personnelle. Sa matière première devient la récupération d’objets provenant de l’environnement urbain : plaques de métal, des objets, des plans, des photos. Il a conscience d’emprunter à l’art moderne, contemporain, ainsi qu’à l’art brut. Également né à l’ère des médias de masse, il se nourrit d’images télévisuelles, éditoriales, publicitaires et numériques, de bandes dessinées. [2]

L’exposition commence dans une première salle.

On découvre une série de ses créations sur du matériel de récupération qui proviennent des encombrants de métal, du bois ou divers matériaux. On voit son travail de transformation d’objets usuels en œuvres d’art, loin de l’académisme formaté. Il crée des œuvres abstraites, les supports s’y prêtent parfaitement. Il illustre avec justesse l’environnement dans lequel l’humain vit, et qui est voué à se transformer. On est de fait questionné sur ce qui nous entoure et leur usage.

 

Puis il y a une deuxième salle dans laquelle on suit l’évolution de sa création.

Ici, il revient à la peinture via le portrait, ce qui lui permet de renouer avec son amour du dessin et du graff. Dans toute cette série, les regards apposés sur le métal sont vifs, souvent captivants. Cette galerie de portraits semble nous inviter au dialogue pour mieux cerner la fragilité des choses. Il y interroge de manière métaphorique les étapes que la vie nous réserve avec les mystères inscrits sur les visages. La froideur implacable du métal est atténuée par la finesse des traits des personnages et la précision du travail à l’aérosol. On est beaucoup plus dans l’expressif avec un mélange savoureux d’art contemporain et art brut.

En continuant dans la salle, le visiteur admire des œuvres crées avec des techniques différentes. Il y a des petits et grands formats, des dessins réalisés au stylo à bille sur vieux papiers, des œuvres où s’entremêlent graff, peintre et où l’aérosol est souvent convié. Il a un univers très éclectique. Mais la variété des genres n’occulte en rien la cohésion entre les différents éléments exposés. Bien au contraire, elle nous fournit des billes sur le parcours singulier de l‘artiste, sur son identité.

Ambiance générale

Après le tour des lieux, j’ai une discussion avec l’artiste que j’ai la chance de rencontrer sur place. Elle révèle toute la simplicité de quelqu’un qui semble conserver ce goût pour l’Autre. Je suis frappée par sa pudeur et le souci du partage qui semble être le sien. J’aime les œuvres qu’il expose. Le temps d’une expo, je rencontre une personne dénuée d’artifice, loin de toute volonté d’être hissé au-dessus des autres et qui a pris le temps de revenir sur son parcours.

Une parenthèse d’échanges à laquelle j’ai pris plaisir à participer, sans jamais quitter des yeux les œuvres exposées.

Vilédé GNANVO

Plus d’informations

Sur l’artiste KEO:
Site internet: www.keoner.com
Facebook : https://www.facebook.com/keo.peintre

Sur l’exposition :  du 18 novembre au 23 décembre 2017
Le Ferry ; 10 avenue de Stalingrad, Palaiseau
Horaires d’ouverture : Mercredi de 14 heures à 19 heures / Vendredi de 17 heures à 19 heures / Samedi de 14 heures à 19 heures

Expo « Between walls » de SETH : l’antre de deux mondes

Expo « Between walls » de SETH : l’antre de deux mondes

 

Il y a des expos dans lesquelles on se sent tellement bien qu’on a envie d’y rester. On veut se fondre dans les toiles, on souhaiterait être le résultat de la création l’artiste.

À chaque fois que je vois une œuvre de Seth, que ce soit une fresque murale ou une installation en galerie, j’ai cette sensation-là. Je jalouse ses personnages. Mais je sais que loin de l’esthétique qui ressort de sa technique de peinture, leurs histoires ne sont pas forcément enviables. Car derrière ces innocences juvéniles, ce sont souvent des lieux chaotiques qui servent de décor à l’exploration de l’artiste.

SETH

Né à Paris en 1972, l’artiste Julien Malland commence à peindre dans les années quatre-vingt-dix des personnages sur les murs du XXe arrondissement sous le nom de Seth .

À partir de 2003, il parcourt le monde dans l’intention d’échanger avec d’autres artistes urbains. Il veut susciter un dialogue entre les différentes cultures et s’ouvrir à de nouvelles pratiques de création dans l’espace public. C’est l’un des street artistes français les plus voyageurs, il concilie les deux passions, c’est Seth Globe-painter .

Entre technique d’expression moderne et représentation traditionnelle, il transforme des façades ordinaires avec des fresques géantes qui accrochent le regard.

Il reproduit souvent des enfants du monde entier, imaginés dans des espaces hors de toute pesanteur ou très délimités, et dont les visages sont aspirés dans des cercles aux couleurs de l‘arc-en-ciel.

Bambin en short : Fresque par SETH à Paris - ©No Fake In My News

Avec l’exposition « Between walls » qu’il nous présente à la Galerie Itinérance, on est invité dans un monde qu’on se plaît à imaginer. Dès l’entrée de la galerie, on sent qu’on rentrera dans un environnement propice à la réflexion, voire à une réelle introspection.

Enter the vortex par SETH - acrylique et aérosol -Expo « Between walls » 2017 - ©No Fake In My News

À l’intérieur, il y a près d’une trentaine d’œuvres (installations, peintures et sculptures) et on retrouve l’univers de l’artiste : de la poésie, des enfants et aussi des livres comme outils d’accès à la connaissance. On ressent le souci de susciter la créativité des enfants par l’éveil à l’art. L’éducation, la culture et le savoir élèvent les esprits et pourraient leur permettre de sortir des zones socialement vulnérables dans lesquelles ils sont. Ils traverseront symboliquement ainsi les murs pour aller voir de l’autre côté.

L’artiste est socialement engagé et impliqué dans des causes : ça se ressent. Il s’investit partout où la promotion de l’éducation peut provoquer la curiosité et élargir la vision du monde des enfants. Car on le sait, un esprit créatif peut se révéler un contre-pouvoir à la violence. Par l’imagination il peut trouver une sorte d’échappatoire et ouvrir son esprit sur un autre ailleurs. [1]

L’artiste pousse également à la réflexion sur des sujets universels : la solitude, l’enfermement, le désœuvrement de certaines populations nées au mauvais endroit, au mauvais moment. On devine bien à l’attitude et aux postures physiques des enfants que leurs vies ont été soumises à rudes épreuves.

Bien qu’il nous laisse libre de mettre le visage qu’on veut sur ces personnages, le voyage qu’il nous propose ici pourrait tout aussi bien être le nôtre. Une aventure humaine dans laquelle on se reconnaîtrait avec l’espoir qui semble toujours au bout. Chez lui, le plafond de verre n’a pas de raison d’être. Même en zones difficiles, il y a une lueur potentielle.

En plus des 25 toiles préparées exclusivement pour cet événement, il y a une série de sculptures, résultat d’un an de travail pour l’artiste. Elles retranscrivent en volume l’univers qu’il déploie depuis quelques années et nous permettent de plonger dans un imaginaire poétique. [2]

Dans son univers, j’ai pour ma part plongé sans aucune difficulté. J’avais déjà eu la chance de rentrer dans sa tête à au MAC Lyon en septembre 2016 à l‘occasion de l’expo Wall Drawings, Icônes urbaines . Dans l’installation qu’il avait faite, on retrouvait des autoportraits sans portraits via l’affichage de 1000 dessins d’enfants du monde entier. J’y avais vu des témoignages de gens que l’artiste enrichi des rencontres de ses voyages nous transmettait par son art.

Moi dans "IN my head" au MAC Lyon en 2016 - ©No Fake In My News

Ici, à Lyon ou dans toute son œuvre, le choix des enfants fait appel à la part d’innocence qu’il y a en chacun de nous et invite à réfléchir sur quelque chose d’universel que tout le monde peut saisir. Objectif atteint !

Vilédé GNANVO .

Informations pratiques :

Pour en savoir plus sur l’artiste : Seth

L’exposition « BETWEEN WALLS » est en cours jusqu’au 9 décembre 2017 à la Galerie Itinerrance
24bis Boulevard du Général Jean Simon 75013 Paris; 
Ouvert du mardi au samedi de 12 heures à 19 heures

Quand l’artiste Yao Metsoko nous embarque sur ses Zems

Quand l’artiste Yao Metsoko nous embarque sur ses Zems

 

Depuis le 6 novembre, l’artiste Yao Metsoko présente son solo show Zémidjan à la Galerie Carole Kvasnevski, avec une série de toiles réalisées spécialement pour l’agence.

Dès l’annonce de cette exposition, la Béninoise que je suis a voulu saisir cette occasion de traverser à distance les rues de Cotonou en 2 roues. Me voilà donc au vernissage le samedi 11 novembre pour voir le travail présenté par l’artiste, mais également pour une immersion dans l’ambiance du pays.

C’est dans un décor chaleureux et en présence d’autres artistes africains comme William Sagna , Euloge Ahanhanzo Glèlè ou encore Richard Afanou Korblah que j’ai apprécié l’univers sensuel, coloré et ludique de l’artiste.

Yao Metsoko - ©No Fake In My News

Yao Metsoko est un artiste franco togolais. Très tôt il est encouragé par sa mère à dessiner. Il consolide ensuite sa pratique en peinture et en sculpture par des formations tant à Londres qu’à Paris où il vit actuellement. Son travail oscille entre tradition et modernité avec des références aux symboles ayant marqué son enfance et ses voyages.

En présentant ces toiles, il montre avec humour le quotidien des Togolais, usagers d’un moyen de transport qui a d’abord émergé au Bénin dans les années quatre-vingt-dix : Le Zémidjan ( expression de la langue FON du Bénin qu’on peu traduire par « emmène-moi vite » ou encore « prends-moi brusquement »). Et quiconque ayant été dans l’un des deux pays a dû faire l’expérience de ces taxis moto devenus incontournables pour se déplacer dans tous les recoins des villes. Également appelés Zem, leur succès a depuis franchi les frontières bien au-delà de ces deux pays.

À travers cette exposition, l’auteur met également l‘accent sur l’une des thématiques phares et récurrentes dans ces œuvres : son amour pour la féminité. Les décors quasi inexistants, uniformes ou en gris contrastent avec les couleurs vives des formes généreuses et galbées des femmes à l’arrière des motos.

Oeuvre de Yao Metsoko
Oeuvre de Yao Metsoko

Toute la vie sociale semble se dérouler sur les deux roues, avec ce que cela contient comme situation absurde. Le mouvement reflète le dynamisme de cette société. La nature imposante des engins représentés par l’artiste semble montrer la place prépondérante qu’occupe ce mode de transport dont se sert une majorité de la population.

En représentant un taxi mobile, capable d’aller partout dans des villes embouteillées et en peu de temps, c’est aussi la réalité d’une classe sociale qu’on observe, voyageant sur ces 2 roues. On y transporte des familles entières, du mobilier et même quelque chose d’aussi peu probable que des poules. Situations cocasses pour certains, dangereuses pour d’autres, les difficultés surmontées peuvent être symbolisées par la taille des volailles qui débordent, ou par les personnages littéralement écrasés sous le poids des charges transportées.

Oeuvre de Yao Metsoko
Oeuvre de Yao Metsoko
Oeuvre de Yao Metsoko

Rien n’échappe donc au regard de l’artiste sur le tragique des situations. Il y critique de manière subtile le fait que l’insolite des « zems » n’occulte en rien les dangers liés à la sécurité routière. Cette réalité peut transparaître dans le choix des couleurs. Un phare par ci éclaire sur la faible distance entre la moto et le camion. Une ligne jaune apparaît comme celle à ne pas franchir pour éviter la mort à une famille entière dont les membres roulent sans caque de protection. Toutes ces scènes se déroulent sous les « regards » alerte des lumières de la ville.

Oeuvre de Yao Metsoko
Oeuvre de Yao Metsoko

Je ressors de cette expo la tête remplie de questionnements sur la pollution de l’essence frelatée qui alimente ces zems. Je commence à cogiter sur les infrastructures routières en place là-bas pour accueillir tous ces engins… De passage au Bénin en 2016, j’ai fait partie de ces nombreuses personnes à avoir posté des images « insolites » de Zémidjan.

Zemidjan chargé - Bénin ©No Fake In My News

À cette époque-là, il n’y avait aucune place pour des analyses de situation. Tout juste la légèreté de quelqu’un qui vient de se recharger en vitamines du bercail.

Avec les œuvres de Yao Metsoko, forcément les interrogations reviennent. Je réalise en quoi son travail m’a touchée :

  • Il réunit en un seul endroit toute la beauté et le danger d’une même situation, qui prennent d’autres proportions quand on est loin du pays.
  • Il me remet en mémoire des aspects du Bénin que j’aime tellement : le mouvement, la débrouillardise et la vitalité des habitants.

Et de toute cette ambiance qui se dégage des toiles, de la chaleur qui en émane, je me sens envahie par un désir de prendre un billet d’avion sur-le-champ, pour échapper aux longs mois d’hiver qui se profilent…

Vilédé GNANVO

Informations pratiques :

Pour en savoir plus sur l’artiste : Yao Metsoko

L’exposition est en cours jusqu’au 30 novembre 2017 à la Galerie Carole Kvasnevski
39 Rue Dautancourt
75017 PARIS
Téléphone : +33 6 50 589 496

Pin It on Pinterest