urban week 2007

Ça s’est passé près de chez moi : 3/3

Ça s’est passé près de chez moi : 3/3

 

Pour clôturer cette trilogie, je me tourne du côté de l’Urban Week à la Défense.

En général à l’heure du déjeuner à la Défense, on croise beaucoup de cadres préoccupés par la charge de travail qui les attend.

Depuis plusieurs années, le quartier d’affaires a opéré une transformation profonde. Il est loin le temps où la traversée des couloirs de métro de cette station faisait peur à la population féminine en fin de journée. Désormais, l’architecture y est moderne, éclairée. Le béton froid qui confinait à la rudesse de la rentabilité s’atténue peu à peu face à une Défense axée sur la culture. Quoi de mieux pour impulser le bien être aux travailleurs et faire découvrir d’autres facettes de cet endroit.

Les activités y fleurissent pour réinventer le paysage urbain. Parmi elles, l’Urban Week qui trace son sillon d’année en année en est à sa quatrième édition. Et si je prends autant de plaisir à mettre cet événement en exergue, c’est parce qu’il n’y a rien de mieux pour donner un coup de « peps » à ce lieu plutôt connu pour l’implantation des sièges sociaux de grandes entreprises.

C’est dans ce contexte que l’Underground Effect 3 par le biais du Projet SAATO a fait venir dix-huit graffiti-artistes internationaux pour se livrer à des performances live sur le Parvis de la Défense.

Voici un retour en images des créations du 20 au 23 septembre 2017 qui auront marqué leur passage.

 

L’artiste NEAN

 

L’artiste Mr DHEO 

 

L’artiste SMUG

 

L’artiste INSANE 51

 

L’artiste DOES

 

L’artiste STOM500

 

L’artiste MONSTA

 

L’artiste VESOD

 

L’artiste BELIN

 

L’artiste MR CENZ

 

L’artiste MOMIES

 

L’artiste KALOUF

 

L’artiste DEGE

 

L’artiste WISE TOO

 

L’artiste RNST

 

L’artiste BANE&PEST

 

L’artiste RUSS

 

Les artistes KALOUF et BELIN 

KALOUF et BELIN- Urban Week 2017 - ©No Fake In My News

 

Mais Urban Week, c’était aussi :

  • L’installation d’un marché urbain articulé autour des projets alternatifs et de street food
  • L’organisation de visites du site et de son évolution architecturale
  • Des démonstrations sportives, des concerts et ateliers de street-art comme celui animé par le pochoiriste Raf Urban [1]
  • L’ouverture d’un nouveau espace culturel L’Alternatif avec une exposition dont ci dessous l’œuvre de Alexone Dizac
Alexone Dizac - Urban Week 2017 - ©No Fake In My News

Il n’y a pas de doute : durant ces quatre jours, la Défense s’est transformée en une vaste plateforme d’échanges culturels.

J’ai hâte à l’édition de l’an prochain.

Vilédé GNANVO

Pin It on Pinterest