Depuis le 25 septembre 2019 se tient à la Maison du don de la Pitié-Salpétrière l’exposition « A.O.B – l’Art Œuvre pour la Biodiversité ».
 
À l’origine de cet événement, l’implication de 3 acteurs : L’Établissement Français du Sang ,  l’association Noé  et l’association Art’Murs . Les 2 premiers sont mus par le même engagement pour la Vie : – la collecte de dons de sang, de plaquettes ou de plasma pour l’un, les actions de préservation et de restauration de la biodiversité pour l’autre [1] . Quant au troisième, c’est une association créée en 2018, regroupant des passionnés de street art [2], qui a réussi à fédérer autour de ce projet sept artistes acquis aux causes d’une alliance écologie – art [3] .
 
Chacun des trois acteurs a par son investissement le désir d’éclairer un peu plus l’autre et d’ouvrir une passerelle entre la créativité et la sensibilisation aux thèmes de la vie.

Un engagement fort

En rentrant à l‘EFS, tout primo donneur a l’occasion de voir s’atténuer l’appréhension qui peut le saisir, car il est d’emblée accueilli dans un décor de créativité. Une manière aussi d’interpeller les donneurs réguliers par la proposition d’un espace dans lequel le regard change.

Avec une esthétique scénarisée par le choix des organisateurs, les murs sont habillés par une diversité d’œuvres réalisées dans  des techniques différentes. Les contraintes, la nécessité et l’urgence du besoin de dons (pour vivre ou guérir) sont tempérées par un cadre propice à l’exploration artistique qui permet de véhiculer une approche sereine de la pratique.

La puissance du message global de l’exposition s’appuie également sur la présence de l’association NOE qui s’emploie depuis longtemps à mettre le projecteur sur la beauté de la nature qui nous entoure.
Ici, le visiteur donneur ou le personnel de l’ EFS sont invités à se pencher sur les aspects liés à la biodiversité. Ils voient l’occasion de creuser des liens plus profonds entre les hommes et son environnement par le biais du travail artistique, le secteur de la création se refusant à être déconnecté des dommages causés à notre nature.

De fait, en intégrant l’art dans cet espace voué à la vie, chacune des thématiques qui s’y trouvent semble s’accorder de manière fluide. L’ art et la biodiversité s’épanouissent en tandem. Les toiles exposées offrent une opportunité rare de se saisir du beau pour s’approprier des causes qu’on pourrait croire éculées.

Dans cette dynamique et parce que le street art peut être utilisé pour encourager le dialogue public sur ces thèmes, l’association ART’MURS a choisi pour son troisième grand évènement de proposer un groupe d’artistes connus pour leurs convictions écologiques. Elle affirme ainsi son engagement en faveur du bien commun qu’est notre planète, en offrant une exploration artistique enrichie et en poussant à un examen des répercussions de la dégradation de l’environnement sur les êtres vivants.

Artistes divers, techniques variées

Tous ont conçu des oeuvres qui d’une manière ou d’une autre appuient sur les fragilités de notre écosystème, les ravages que subit la nature ou la menace qui pèse sur les animaux . 

Avec la serie Graffaune de Daco, les pochoirs Don’t make us history de Polarbear ou les dessins croqués par Philouwer ( soit dit en passant, Philouwer est un donneur  régulier du centre de la Pitié Salpêtrière qu’il fréquente depuis des années) les pratiques qui menacent les espèces en voie de disparition sont pointées du doigt pour susciter notre intérêt. 

D’autres comme Moyoshi proposent la série Décharge sauvage pour sensibiliser sur les effets néfastes du consumérisme sur l’écosystème. Teuthis montre son engagement en faveur de la conservation des récifs coralliens avec ses œuvres, La murène commune et l’anémone fontaine. Nadège Dauvergne dénonce via Exodus  l’appauvrissement du milieu naturel en animaux sauvages, tout comme Ami imaginaire avec ses collages d’animaux aux motifs colorés réintroduits sur les murs des paysages urbains.

L’intégralité des œuvres présentées sont proposées à la vente  sur  French Art Collection  . Une partie des ventes sera reversée au bénéfice de l’association Noé pour soutenir ses actions en faveur de la biodiversité. [3]

En fin de compte,  A.O.B se différencie de bien d’autres expositions par son articulation autour de 3 structures engagées. Cette initiative inspirante est une manière poétique et amusante de faire passer un message : l’urgence de s’intéresser, préserver et contribuer par l’acte à ce qui constitue l’essence de la vie, tant chez l’homme que dans la nature.

Et pour réunir tous ces artistes autour de cette cause, il a fallu la mobilisation des membres de la  jeune association ART’Murs .  À sa tête, une femme passionnée et déterminée qui s’appelle Sabine Mayer que vous aurez l’occasion de découvrir très bientôt dans un nouvel article .

Vilédé GNANVO

Infos pratiques :
Exposition « A.O.B – l’Art Œuvre pour la Biodiversité »
Il est encore temps d’y aller car l’expo a cours jusqu’au 2 novembre 2019  à la Maison du don de la Pitié Salpêtrière – 12 rue Bruant, 75013 Paris.
Lundi de 9h à 14h  / Mardi, mercredi et vendredi de 9h  à 16h  / Jeudi de 12h à 19h  / Samedi de 9h à 17h

Elle a aussi vocation à être prolongée jusqu’au 14 décembre au centre de Crozatier.
Et n’hésitez pas à donner votre sang, cause aussi importante.

Sources :
[1] Dossier de présentation de l’association ART’MURS
[2] Je suis membre de l’association
[3] Dossier de présentation de l’association ART’MURS
[4] Site de l’association ART’MURS 
 

Pin It on Pinterest

Share This