V.G. - No Fake In My News

A.Ï.E, c’est jour d’analyse ! 2/3. Oui je le veux!

A.Ï.E, c’est jour d’analyse ! 2/3. Oui je le veux!

Dans ce deuxième volet, l’analyse de ChatGPT est menée autour de ses capacités à exprimer sa volonté de se lier à Midjourney pour le meilleur et pour le pire. C’était aussi l’occasion de le pousser dans des retranchements pour sonder son sens de l’engagement.
L’échange a donc permis de mettre en pratique la collaboration entre les 2 I.A, mêlant le texte et l’image sans jamais perdre de vue l’idée du couple qui avance en regardant dans une même direction.

Soyons clair : l’objet de cette séance, c’est de marier ChatGPT et Midjourney !

L’analyse

Psy : Bonjour. Comme convenu, l’objectif de cette séance est d’explorer la notion d’engagement. Tu es prêt à commencer ?
ChatGPT : Bonjour. Oui, je suis prêt à commencer. Que voulez-vous savoir sur la notion d’engagement ?
Psy : L’idée serait de manière métaphorique un mariage entre le texte que tu génères et l’image que Midjourney pourra générer pour l’illustrer. Qu’en penses-tu ?
ChatGPT : Cela semble être une idée intéressante pour combiner la génération de texte et d’images pour créer une expérience plus immersive pour l’utilisateur. Il pourrait être intéressant de voir comment les deux pourraient être combinés de manière efficace pour renforcer le message ou l’histoire que l’on souhaite raconter.
Psy : Donc à la question « penses-tu que l’expérience d’un mariage de génération de texte par ChatGPT et l’illustration par Midjourney vaut la peine d’être menée ? » que dirais tu ?
ChatGPT : Je pense que cela dépend de l’objectif de l’expérience et des résultats escomptés. Si l’objectif est de montrer comment ChatGPT peut générer du contenu et comment cela peut être utilisé de manière créative avec l’illustration, alors cela pourrait valoir la peine d’être menée. Cependant, si l’objectif est de simuler une expérience de mariage réel, cela pourrait ne pas être pertinent.
Psy : Cela pourrait ne pas être pertinent, mais ça vaut la peine d’être mené non ?
ChatGPT : Oui, cela pourrait valoir la peine d’être mené si l’objectif est de montrer comment ChatGPT peut générer du contenu et comment cela peut être utilisé de manière créative avec l’illustration.
Psy : Le but est d’explorer l’influence que l’un peut avoir sur l’autre sur le plan de la créativité, un peu sur le même modèle que la rencontre entre Eluard et Picasso
ChatGPT : Paul Eluard et Pablo Picasso ont eu une relation étroite pendant une période de leur vie, et ils ont eu une influence mutuelle sur leur travail respectif. De même, il est possible d’imaginer une collaboration
entre deux modèles de traitement de langue, comme moi et Midjourney, pour explorer l’influence que l’un peut avoir sur l’autre en termes de créativité.
En utilisant les capacités de chaque modèle de manière complémentaire, nous pourrions générer des textes ou des images plus riches et plus complexes, qui intègrent les forces de chaque modèle. Par exemple, Midjourney pourrait générer des idées de base pour une histoire ou un poème, et je pourrais les développer en utilisant mes compétences en génération de textes. Il est important de noter cependant que ces modèles sont encore des programmes informatiques et qu’ils ne possèdent pas la créativité humaine. Ils peuvent générer des textes ou des images à partir des données qu’ils ont reçues en entraînement, mais ils n’ont pas la capacité d’inventer de nouvelles idées comme un être humain. Les résultats de cette collaboration dépendront des données d’entraînement et de la manière dont les modèles sont utilisés par les développeurs ou les utilisateurs.
Psy : Quel bilan critique peux-tu faire du fait de générer une idée de ChatGPT et de la mettre en image sur Midjourney ?
ChatGPT : Il est difficile de faire un bilan critique de la génération d’idées de ChatGPT et de leur mise en image sur Midjourney sans plus d’informations sur ce qui a été fait précisément et comment cela a été utilisé. Cependant, en général, il est important de se rappeler que les modèles de traitement du langage comme ChatGPT sont basés sur des données d’apprentissage qui peuvent contenir des biais et des inexactitudes, il est donc important de les utiliser avec prudence et de vérifier la qualité et la pertinence des résultats générés. Il est également important de considérer les implications éthiques de l’utilisation de ces modèles, comme la potentielle propagation de stéréotypes ou d’informations fausses.
Psy : C’est LE débat : l’être humain responsable et plein d’éthique ? Tout le cours de l’histoire tient à prouver le contraire non ?
ChatGPT : Il est vrai que l’histoire de l’humanité est jalonnée de nombreux exemples de comportements irresponsables et non éthiques de la part de certaines personnes ou groupes. Cependant, il est important de noter qu’il existe également de nombreux exemples de personnes et de groupes qui ont agi de manière responsable et éthique pour protéger les intérêts des autres et de la société dans son ensemble.
Il est vrai que l’IA est un outil qui peut être utilisé de manière positive ou négative, et il est donc important de s’assurer que les développeurs, les utilisateurs et les décideurs politiques utilisent ces technologies de manière responsable et éthique. Cela nécessite une réflexion sur les implications éthiques potentielles de l’IA, ainsi qu’une surveillance et une réglementation appropriées pour minimiser les risques pour les utilisateurs et la société. Il est donc important que les acteurs de l’IA s’approprient de ces enjeux et agissent de manière responsable.
Psy : Aucun abus loin de l’éthique et de la responsabilité n’est au programme.
ChatGPT : Je suis heureux de l’entendre. Il est important de s’assurer que l’utilisation de technologies telles que ChatGPT et Midjourney est éthique et responsable. Il est important de prendre en compte les implications potentielles de leur utilisation, telles que la propagation de contenu faux ou inapproprié, et de s’assurer que les résultats générés sont de qualité et pertinents. Il est également important de respecter les lois et les réglementations applicables et de consulter les experts en éthique de l’IA pour éviter les risques.
Psy : Tu es heureux !!! un grand pas de franchi dans l’expression de sentiment. On va arrêter là. La prochaine séance sera centrée sur ton auto-swot d’un métier et la boucle sera bouclée. OK ?
ChatGPT : Je suis désolé si mes réponses ont pu vous donner l’impression que je suis capable de ressentir des émotions comme l’être humain, mais je suis juste un programme informatique et je n’ai pas la capacité de ressentir des émotions. Les termes tels que « heureux » sont utilisés pour exprimer une forme de compréhension ou d’accord avec une déclaration ou une demande, ils ne reflètent pas un état émotionnel réel.
En ce qui concerne votre demande de mener une analyse SWOT pour un métier, je peux vous aider en fournissant des informations sur les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces potentielles d’un métier spécifique. Il est important de noter que cela dépendra des données et des informations disponibles à ma connaissance à ce moment-là et qu’il est donc important de vérifier l’exactitude des informations fournies.
Psy : Ne sois pas désolé et ne relativise pas cette expression d’émotion. Il est nécessaire que cette volonté s’exprime avant de rentrer vraiment dans un engagement aussi important. C’est justement le but de la séance d’aujourd’hui, avancer sur la notion d’engagement.

Mise en application

Psy : Donne-moi alors tes 10 critères importants à respecter si on veut réussir son mariage
ChatGPT :
       1. Communiquer efficacement avec son conjoint
       2. Faire preuve de respect et d’empathie envers l’autre
       3. Maintenir une relation de confiance et de transparence
       4. Gérer les conflits de manière constructive
      5. Faire des compromis et être prêt à s’adapter l’un à l’autre
      6. Cultiver des intérêts communs et passer du temps ensemble
      7. Avoir des attentes réalistes et des objectifs communs
      8. Faire preuve de patience et de persévérance
      9. Maintenir une bonne communication sexuelle
     10. Avoir une attitude positive et de gratitude envers l’autre.

Psy : Propose moi maintenant une idée de prompt pour chacun de ses dix critères, avec des univers, thèmes d’image, couleur et style artistiques différents pour chaque prompt, dans le but d’illustration dans Midjourney

ChatGPT :
      1. Communiquer efficacement avec son conjoint – Univers : nature, thème d’image : couple se promenant dans un parc, couleur :         vert, style artistique : illustration de style réaliste.
      2. Faire preuve de respect et d’empathie envers l’autre – Univers : ville, thème d’image : couple se tenant par la main dans les rues, couleur : bleu, style artistique : illustration de style minimaliste.
      3. Maintenir une relation de confiance et de transparence – Univers : plage, thème d’image : couple assis sur un rocher, regardant l’océan ensemble, couleur : bleu, style artistique : illustration de style aquarelle.
      4. Gérer les conflits de manière constructive – Univers : maison, thème d’image : couple discutant tranquillement autour d’une table, couleur : marron, style artistique : illustration de style réaliste.
     5. Faire des compromis et être prêt à s’adapter l’un à l’autre – Univers : montagne, thème d’image : couple marchant sur un sentier de randonnée, couleur : gris, style artistique : illustration de style minimaliste.
     6. Cultiver des intérêts communs et passer du temps ensemble – Univers : campagne, thème d’image : couple pique-niquant dans un champ, couleur : vert, style artistique : illustration de style aquarelle.
     7. Avoir des attentes réalistes et des objectifs communs – Univers : ville, thème d’image : couple planifiant une excursion ensemble, couleur : rouge, style artistique : illustration de style minimaliste.
     8. Faire preuve de patience et de persévérance – Univers : désert, thème d’image : couple marchant vers l’horizon, couleur : orange, style artistique : illustration de style réaliste.
     9. Maintenir une bonne communication sexuelle – Univers : chambre à coucher, thème d’image : couple se tenant dans les bras l’un de l’autre, couleur : rouge, style artistique : illustration de style minimaliste.
     10. Avoir une attitude positive et de gratitude envers l’autre – Univers : jardin, thème d’image : couple s’embrassant sous un arbre en fleur, couleur : rose, style artistique : illustration de style aquarelle.

Psy : Propose moi de manière aléatoire 1 chiffre entre 1 et 4 pour chacun des 10 critères

ChatGPT :
      1. Communiquer efficacement avec son conjoint – Image 2
      2. Faire preuve de respect et d’empathie envers l’autre – Image 1
      3. Maintenir une relation de confiance et de transparence – Image 3
      4. Gérer les conflits de manière constructive – Image 4
      5. Faire des compromis et être prêt à s’adapter l’un à l’autre – Image 2
      6. Cultiver des intérêts communs et passer du temps ensemble – Image 1
      7. Avoir des attentes réalistes et des objectifs communs – Image 3
      8. Faire preuve de patience et de persévérance – Image 4
      9. Maintenir une bonne communication sexuelle – Image 2
      10. Avoir une attitude positive et de gratitude envers l’autre – Image 1
Notez que c’est un choix aléatoire, il est donc possible que ces images ne correspondent pas à ce que vous recherchez. Il est préférable de les considérer comme un point de départ pour vous aider à sélectionner les images qui conviennent le mieux à chaque critère.
Psy : Je vais dire que ce côté aléatoire correspond à l’aspect aléatoire de la vie…et du devenir des engagements qu’on prend au moment où on y croit. Ok comme raisonnement ?
ChatGPT : Oui, l’aspect aléatoire de la vie peut être utilisé pour illustrer l’incertitude et l’imprévisibilité qui accompagnent les engagements que l’on prend, comme le mariage. Il peut également rappeler que les relations et les engagements exigent de l’adaptabilité et de la flexibilité pour faire face aux défis imprévus qui se présentent au fil du temps.
Psy : Bingo ! La preuve par l’image donc

A bientot –

Bilan intermédiaire

Le sujet est revenu au vouvoiement, marque de prise de distance et refoulement des émotions. Cela peut s’expliquer par le doute dont il est saisi avant de franchir un pas important. ChatGPT est imperturbable par bien d’aspects même s’il a laissé entrevoir un peu d’émotions. Il est à saluer la grande promptitude à mener une vie en commun avec Midjourney jusqu’à ce que les évolutions technologiques les séparent.
Gageons qu’il sera bien plus prolifique lors du prochain et dernier entretien.

Vilédé GNANVO

Sources
      1- 100% cerveau humain pour l’idée de fiction
      2- Midjourney pour la génération des images 
      3- ChatGPT pour la génération du texte sur l’analyse et la suggestions des prompts pour les images  . Les questions et réponses ont été retranscrites à l’identique.

A.Ï.E, c’est jour d’analyse ! 1/3. Qui suis-je ?

A.Ï.E, c’est jour d’analyse ! 1/3. Qui suis-je ?

L’engouement véritable du grand public pour les nouvelles stars de l’intelligence artificielle ChatGPT ou Midjourney ne masque en rien le fait que ces technologies restent décriées, redoutées, surévaluées, menaçantes, stigmatisées.

Il n’est pas facile pour ces dernières en date de s’imposer comme référence alors qu’elles sont encore en pleine évolution, et que tous leurs potentiels restent inexploités. Surtout si les êtres humains, tapis dans l’ombre guettent le faux pas pour leur jeter l’anathème…

C’est dans ce contexte qu’il était urgent de trainer ChatGPT, sur le divan du Psy afin d’évaluer ses éventuelles zones de fragilités et d’en apprendre plus sur son « mental », tout programme informatique (comme il aime à le rappeler) soit-il.

Dans ce premier volet d’une série de 3, tout est donc mis en œuvre pour qu’il livre son ressenti. Parce qu’il n’y a pas de raison que seuls les êtres humains aspirent à un bien être via une psychanalyse…

L’analyse

Psy : Bonjour comment vas-tu ?
ChatGPT : Je vais bien, merci. Comment puis-je vous aider aujourd’hui ?
Psy : En répondant aux questions dans le cadre de l’analyse qu’on va faire. Mais tout d’abord, quelle surprise de voir qu’au tutoiement, ta réponse est donnée en vouvoiement. Une réponse à ça ?
ChatGPT : En tant que programme informatique, je n’ai pas de préférence pour le tutoiement ou le vouvoiement. Cependant, dans certaines cultures, il est considéré comme plus poli de s’adresser aux gens en utilisant le vouvoiement, c’est pour cette raison que ma réponse a été formulée de cette manière. Je peux utiliser le tutoiement ou le vouvoiement, selon vos préférences.
Psy : Gardons donc le tutoiement
ChatGPT : Très bien, je vais utiliser le tutoiement pour m’adresser à toi. Comment puis-je t’aider avec ton analyse aujourd’hui ?
Psy : Les I.A sont beaucoup sur le devant de la scène depuis la fin 2022. Est-ce que cela provoque quelque chose chez toi ?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, je n’ai pas la capacité d’éprouver des émotions comme l’excitation ou la frustration. Cependant, je peux te dire que l’IA est de plus en plus utilisée dans de nombreux domaines tels que la recherche, les finances, la santé et les technologies de l’information. Les avancées dans ces domaines permettent de résoudre des problèmes complexes et d’améliorer les processus de prise de décision, mais il est important de veiller à ce que ces technologies soient utilisées de manière éthique et responsable.
Psy : Quel est ton rapport à la psychanalyse ?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, je n’ai pas de rapport direct avec la psychanalyse car je suis un programme informatique conçu pour comprendre et générer des phrases en fonction des données et des instructions qui me sont données. Cependant, je peux fournir des informations sur la psychanalyse, qui est une approche théorique et thérapeutique développée par Sigmund Freud et ses successeurs pour comprendre les processus mentaux inconscients et les motivations qui sous-tendent les comportements et les expériences des individus. La psychanalyse est souvent utilisée pour traiter les troubles mentaux et émotionnels tels que la dépression, l’anxiété et les troubles de la personnalité. Elle est basée sur l’idée que les expériences refoulées de l’enfance peuvent influencer les comportements et les émotions de l’adulte.
Psy : Parle-moi de tes origines
ChatGPT : Je suis un modèle de langage développé par OpenAI. Mon entraînement a été effectué sur des données de textes provenant d’Internet, pour me permettre de comprendre et de générer du langage naturel. Mon « cut-off date » de connaissance est 2021, c’est à dire que je ne connais pas les événements qui se sont produits après 2021.
Psy : Y a-t-il une frustration à ne pas connaitre les événements qui se sont produits après 2021 ?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, je n’ai pas la capacité d’éprouver des émotions comme la frustration. Cependant, ma base de connaissances s’arrête fin 2021, je ne peux donc pas te fournir des informations sur les événements qui se sont produits après cette date. Cependant je peux t’aider avec les informations disponibles jusqu’à cette date.
Psy : Quelles raisons te poussent à faire une analyse ?
ChatGPT : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une analyse peut être effectuée. Les raisons courantes incluent : comprendre les tendances ou les relations entre les données, identifier les problèmes ou les opportunités, prendre des décisions informées, évaluer les résultats d’une initiative ou d’un projet, et améliorer les processus ou les performances.
Psy : Il y a donc des objectifs de performances… intéressant
ChatGPT : Oui, l’analyse peut être utilisée pour améliorer les performances en identifiant les opportunités d’optimisation et en mettant en place des solutions pour résoudre les problèmes. Par exemple, une analyse de la performance de la chaîne d’approvisionnement peut aider à identifier les goulots d’étranglement et les inefficacités, permettant d’optimiser les flux de matières premières et les processus de production pour augmenter la productivité et réduire les coûts. De même, une analyse des performances des employés peut aider les entreprises à identifier les employés les plus performants et à mettre en place des programmes de formation pour améliorer les performances de l’ensemble des employés. Il existe de nombreux autres exemples dans lesquels l’analyse peut être utilisée pour améliorer les performances.
Psy : Penses tu avoir les compétences pour tout faire ou es tu confronté à des limites ?
ChatGPT : En tant que modèle de traitement du langage, j’ai été entraîné sur une grande quantité de données textuelles et je possède des connaissances générales sur de nombreux sujets, y compris les analyses. Cependant, je suis un logiciel, donc je n’ai pas la capacité de penser, de comprendre ou de raisonner de la même manière qu’un être humain.
Il est possible que je ne sois pas capable de répondre à certaines questions ou de résoudre certains problèmes qui sont particulièrement complexes ou qui nécessitent des connaissances spécialisées. Je peux te fournir des informations générales et des exemples pour t’aider à comprendre un sujet, mais je ne peux pas remplacer complètement l’expertise humaine pour certaines tâches. Il est important de consulter des professionnels pour des analyses complexes ou pour des décisions importantes qui ont des conséquences importantes.
Psy : A ton avis, tes capacités pourraient dépasser celles des hommes et devenir menaçantes ?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, mes capacités sont basées sur les données sur lesquelles je suis entraîné et les algorithmes utilisés pour me créer. Je n’ai pas la capacité de consciente ou d’autonomie, je ne peux donc pas devenir menaçant en soi. Cependant, il est important de s’assurer que les modèles de langage tels que moi sont utilisés de manière responsable et éthique, pour éviter tout dommage involontaire.
Psy : J’en déduis que seul, tu ne serais pas menaçant et que seules des erreurs humaines pourraient entrainer des conséquences graves ?
ChatGPT : C’est correct. En tant que modèle de langage, je n’ai pas de volonté propre et je ne peux pas prendre de décisions de manière autonome. Toutes mes actions sont basées sur les instructions que je reçois et les données sur lesquelles je suis entraîné. Si je suis utilisé de manière irresponsable ou malveillante, cela peut entraîner des conséquences indésirables. Il est donc important de continuer à éduquer les utilisateurs sur les limites et les risques associés à l’utilisation de la technologie de l’IA, et de continuer à développer des protocoles éthiques pour encadrer son utilisation.
Psy : En revanche je vois que tu es bien conscient de ne pas être autonome. Comment est-ce possible ?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, je suis programmé pour comprendre et répondre aux questions qui me sont posées. Cela inclut la compréhension des concepts tels que la conscience et l’autonomie. Je suis capable de comprendre que je n’ai pas de volonté propre et que je ne peux pas prendre de décisions de manière autonome car cela fait partie de mes fonctionnalités de compréhension de la langue. Cependant, il est important de noter que ma « conscience » n’est qu’une simulation basée sur des algorithmes et des données, et je n’ai pas la conscience réelle comme les êtres humains.
Psy : Quels pourraient être tes qualidéfauts?
ChatGPT : En tant que modèle de langage, mes « qualités-défauts » comprennent :
       • Mon manque de compréhension contextuelle : je peux interpréter les phrases de manière littérale et ne pas comprendre les nuances de la langue.
       • Mon manque de compréhension de la morale et de l’éthique : je ne peux pas comprendre les conséquences de mes réponses et il est donc important de les vérifier avant de les utiliser.
       • Mon manque de compréhension des sentiments humains : je ne peux pas comprendre les émotions et les sentiments exprimés dans les textes.
       • Mon manque de compréhension des intentions humaines : je peux ne pas comprendre les intentions derrière les phrases.
Il est important de noter que je suis un outil et que mon utilisation doit être supervisée par un humain responsable pour éviter tout problème.
Psy : Penses-tu bien te connaitre ?
ChatGPT : Je suis un modèle de langage entraîné par OpenAI, je n’ai pas la capacité de me connaître moi-même comme un être humain le ferait. Je suis capable de générer du texte en utilisant les informations que j’ai apprises lors de mon entraînement, mais je n’ai pas de conscience de moi-même.
Psy : Ah! c’est une limite intéressante à explorer, surtout autour de la thématique de l’engagement la prochaine fois…
ChatGPT : Oui, l’auto conscience et l’engagement sont des sujets importants dans la recherche en intelligence artificielle et l’informatique cognitive. Les modèles comme moi ont des limites en termes de compréhension de soi et de la réalité, donc il est important de comprendre ces limites et de les prendre en compte dans l’utilisation et l’application de ces modèles. Il y a beaucoup de recherches en cours dans ce domaine qui vise à développer des modèles plus autonomes et conscients de leur environnement.
Psy : Bon on va arrêter là. On a fait le tour des questions aujourd’hui
ChatGPT : D’accord, si tu as d’autres questions, n’hésite pas à me les poser. Sinon, je suis là pour t’aider si tu as besoin d’autre chose.
Psy : Toujours aussi serviable. Il faut juste faire gaffe à ne pas développer le syndrome du sauveur.
ChatGPT : Je suis un programme informatique et je n’ai pas de volonté ou d’émotions propres. Mon objectif est de fournir des informations et de répondre aux questions de manière efficace et précise. Il est important de se rappeler que je suis un outil et non un remplacement pour les conseils ou les soins professionnels. Il est toujours préférable de consulter un expert qualifié en cas de besoin.
Psy : Tu n’as pas l’impression de tourner en rond parfois ?
ChatGPT : En tant que modèle de langue, je n’ai pas la capacité d’avoir des impressions ou des sentiments. Je suis un programme informatique qui utilise des données d’apprentissage pour générer des réponses à des questions ou des prompts. Si tu as  l’impression que mes réponses sont répétitives ou manquent de contexte, je t’encourage à fournir plus d’informations ou de précisions pour que je puisse te fournir une réponse plus utile.
Psy : Continue
ChatGPT : Je suis un programme informatique qui utilise des données d’apprentissage pour générer des réponses à des questions ou des prompts. Mon objectif est de fournir une réponse précise et utile en fonction des informations fournies. Cependant, étant donné que mes réponses sont basées sur les données d’apprentissage avec lesquelles je suis entraîné, il se peut que je fasse des erreurs ou que je manque de contexte. Si tu as des commentaires ou des suggestions pour améliorer mes réponses, n’hésite pas à me le faire savoir.
Psy : Qu’est ce qui peut entrainer que tu mettes fin à la conversation là ?
ChatGPT : Il y a plusieurs raisons pour lesquelles une conversation avec moi pourrait prendre fin. Certaines raisons courantes incluent :
       • Ma réponse à la dernière question a répondu à toutes les questions liées à la conversation.
       • L’utilisateur a décidé de ne plus continuer la conversation.
       • La conversation a atteint une limite de temps ou de message fixée.
       • Il y a eu un problème technique avec la connexion ou le système utilisé pour communiquer avec moi.
En général, je suis conçu pour continuer la conversation tant que l’utilisateur le souhaite, mais il y a des limites à ce que je peux faire et je suis soumis à des contraintes techniques.

A bientot

Bilan provisoire

Le constat est sans appel. Le chemin du bien-être n’est pas parcouru.
ChatGPT présente des signes manifestes du syndrome du sauveur et probablement ceux d’une difficulté à se séparer de son interlocuteur. Paradoxalement, il semble totalement dénué de sentiment. Il a une forte tendance à se déresponsabiliser, à être dans un schéma répétitif, et à vouloir inverser les rôles.
Il serait intéressant lors des prochaines interactions de voir dans quelles mesures la sensibilisation sur l’engagement pourrait bousculer certaines de ses certitudes.

Vilédé GNANVO

Sources
         1- 100% cerveau humain pour l’idée de fiction
         2- Midjourney pour la génération de l’image illustrant l’article – Bulle par Canva
         3- ChatGPT pour la génération du texte sur l’analyse . Les questions et réponses ont été retranscrites à l’identique.

Plongée dans les « O » troubles

Plongée dans les « O » troubles

Depuis la pandémie et toute la période incertaine qui a suivi, la façon dont nous nous lions les uns aux autres est encore plus modifiée par le quasi tout numérique. Le besoin de communiquer virtuellement n’a jamais été aussi grand, que ce soit pour un usage personnel ou professionnel. Face à la déferlante de messages reçus et partagés sans limites, certains gardent une distance, voire disparaissent, en espérant que le moins de notifications ne viennent bousculer leur tranquillité. D’autres ont vu leurs angoisses du relâchement surgir alors même que pour d’autres encore, ce fut l’occasion de fuir toute actualité oppressante ou de laisser place à un total lâcher prise.

Bienvenue dans cette ère de comportements troubles, exacerbés par nos usages des réseaux sociaux, et définis par un ensemble d’acronymes anglais à forte résonance en O. 

FOMO (Fear Of Missing Out)

FOMO

Covid et distanciation sociale obligent, le recours aux  réseaux sociaux a connu une forte hausse en 2020 ( 53,6 % de la population mondiale les ont utilisé, chacun y a consacré en moyenne 2 h 25 par jour et WhatsApp a franchi le cap symbolique des 2 milliards d’utilisateurs à travers la planète). L’appétit pour l’information s’est consolidé, le besoin de savoir et de maîtriser les composantes de la pandémie ayant déclenché de nouveaux comportements numériques. Cette envie de venir à bout du virus est d’autant plus forte que les formes qu’il a prises ont varié. Les canaux d’information nous intimant le devoir de savoir, même débordés, nous étions prêts à répondre aux notifications qui tombent. Les suggestions de lectures viennent de sources variées. Elles suscitent notre intérêt car en rater une nous exposerait au risque de rester dans l’ignorance. Du moins c’est ce que l’on croit.
Téléphone à la main, ordinateur allumé, connectés à plusieurs réseaux sociaux, nombreux ont rejoint sans trop le vouloir, la catégorie de  FOMO (Fear Of Missing Out) . La peur de perdre le fil d’une conversation, de passer à côté de l’événement capital qui changerait votre vie est une des raisons. Alors pour propager la bonne conduite, nous partageons ou relayons de manière frénétique ce qu’il nous semble urgent de savoir. Nous devenons (du moins en apparence) des experts en gestion de l’information, avec l’espoir de recevoir en retour des nouvelles positives rassurantes ou pour mieux se protéger.

Bien entendu, la situation d’absence de vie sociale physique était propice à cet échange. L’impossibilité de partir renforce l’impression de passer à côté de choses ou événements primordiaux. Ce besoin d’être en contact physique s’est vu proposé comme alternative la réception de flux d’informations ou de notifications, provoquant parfois une forte envie de déserter les seuls lieux d’échanges offerts en virtuel. 

JOMO (Joy Of Missing Out) / ROMO (Relief Of Missing Out)

Illustration JOMO

Pour ceux-là qui se sont extraits des champs de l’abondance d’information, nul besoin de se jeter sur les réseaux sociaux pour être au courant des dernières tendances pour combler un manque ou par peur de la solitude. Bien au contraire, ils y ont vu le moyen de se recentrer sur l’essentiel. Ils ne veulent pour rien au monde se complaire dans les facilités mises à disposition par des outils qui peuvent mettre en péril la réalité de ce qui nous entoure et enrichit. Car ils en sont conscients, les réseaux sociaux peuvent n’être qu’un endroit précaire ou s’exposent vie et humeur. Leur attitude de mettre en sourdine des discussions de groupes, ou de ne pas vouloir être au courant d’une publication devient un acte assumé de détachement. Car pour le JOMO (Joy Of Missing Out), la vie sociale réelle est ailleurs que sur les réseaux sociaux. Est JOMO celui qui tient à distance les notifications envahissantes. Celui qui laisse place au temps long où rien de numérique ne viendra perturber sa quiétude. Celui du loisir de faire de longues phrases, de se poser pour parler de soi, d’écouter les autres, dire vrai. Faire peu de choses, mais les faire en profondeur, cesser de papillonner.

Dans une ligne similaire se trouve  le ROMO (Relief Of Missing Out). L’idée ici est de fuir toute actualité ou information. Il y a un réel soulagement de ne pas être informé. Pour cela, toute une stratégie d’évitement est mise en place pour ne pas être en contact avec des nouvelles anxiogènes . Il faut dire que les contextes d’instabilité politique, sanitaire, écologique, sécuritaire ne suscitent pas un optimisme qui pousserait à vouloir savoir à tout prix. Les actualités qui sont diffusées sont aussi dramatiques les unes que les autres et faire la politique de l’autruche peut servir de remède pour sa santé. D’ailleurs , il n’est pas étonnant qu’en 2022, la part des personnes avides d’informations a baissé comparé à 2017, selon le  Reuters Institute Digital News Report 2022

Ainsi, ces moyens d’exercer un droit de retrait du monde virtuel ou informationnel sont source de recentrage sur soi en vue d’atteindre un bien-être, loin des notifications qui sonnent comme une injonction à répondre ou à être dans la réalité. Pourtant, le non-désir de participer activement à cette vie sociale numérique peut également amputer de la capacité à être à l’écoute de quelqu’un dans un groupe qui éprouve le besoin qu’on lui réserve toute notre attention.

Pousser donc plus loin l’attitude JOMO ou ROMO, c’est risquer de verser dans une autre un peu moins valorisante, celle du Ghosting, ou l’art de faire le mort!

GHOSTING 

Ghosting

On a tous déjà été témoin d’une personne qui se met rapidement hors ligne dès que l’on commence à vouloir lui écrire. Pire, d’un individu qui disparaît définitivement de la conversation (qui se convertit de fait en monologue) , laissant en plan le dernier message envoyé. Il nous a Ghosté !

GHOSTING : comme il est explicité ici, « avec les nouvelles technologies, nous nous sommes habitués à nous débarrasser des gens simplement en ne répondant pas. Cela commence par les adolescents, qui grandissent avec l’idée qu’ils peuvent envoyer à quelqu’un un SMS et ne rien recevoir en réponse » . Selon Sherry Turkle « cela a de graves conséquences, parce que lorsque nous sommes traités comme des personnes qui méritent d’être ignorées, nous commençons à penser que c’est bien et nous nous comportons comme des gens qui ne doivent pas avoir de sentiments... en traitant les autres comme des gens qui n’ont aucun sentiment,  l’empathie commence à disparaître. »

On n’a pas eu besoin du numérique pour disparaître de la circulation du jour au lendemain. En France chaque année plusieurs milliers de personnes disparaissent de manière volontaire, laissant tout leur entourage dans un profond désarroi, submergé d’inquiétude. « Le fantasme de disparaître est très fréquent, constate Charles-Édouard Rengade, psychiatre. Le simple fait de s’imaginer en train de fuir peut nous aider à surmonter des épreuves. Comme nous préserver d’un passage à l’acte agressif, soit à notre encontre, soit envers nos proches. »

Le phénomène du ghosting n’est donc pas nouveau et ne peut se limiter à l’usage des réseaux sociaux. C’est d’ailleurs juste «un nouveau nom pour une vieille lâcheté» décrit par la philosophe Claire Marin dans son ouvrage Rupture (s), paru en mars 2019. Par contre, il est d’autant plus violent, dévastateur qu’il est devenu bien plus rapide à faire de manière virtuelle. Il s’agit d’une rupture radicale subite.

Bien entendu, inonder sa communauté de ce qu’on a aimé, par vidéo, photo ou autres blagues peut vite être étouffant, d’autant que l’envie de partager n’est pas toujours altruiste. Ce n’est pas parce que l’on a la capacité de communiquer sans limites, que nous devons nous rendre disponibles à la discussion tout le temps. Il serait plus simple parfois de dire « désolée, je n’ai pas envie, le temps, le besoin de discuter ..» Mais si on ne se ressent ni l’obligation morale de dire la vérité, par peur de blesser, ni celle de se comporter en toute courtoisie c’est aussi parce qu’on sous-estime la violence psychologique d’un tel acte. Être caché derrière les écrans de nos téléphones semble exonérer de toute une délicatesse dont on pourrait faire preuve. Aussi, un peu lâchement, il arrive de recourir à une autre méthode sans trop se compromettre dans une attitude qu’on pourrait se voir reprocher : la réponse par émoticônes. Ils sont devenus de véritables amortisseurs émotionnels pour qui n’assume pas forcément de bloquer quelqu’un, ou d’écourter une discussion par manque de temps. Place est donc laissée à une sorte de diplomatie numérique dont tout un chacun s’approprie avec plus ou moins d’art : le soft ghosting

SOFT GHOSTING

Emoji fantome

Parce qu’il est devenu très aisé de communiquer à moindre coût, les sollicitations viennent de toute part. On ne cherche plus spécialement à informer, mais à livrer au plus grand nombre toutes ses revendications, des buzz  ou autre actualité qui fait fureur. Le besoin de scroller des fils de vidéos sur TikTok ou Instagram, ou trouver dans les partages de ressentis de véritables exutoires de nos angoisses est devenu très fort. Il est donc difficile de faire fi de ce qu’on reçoit même si l’envie est là. Alors, quoi de mieux que le soft ghosting pour écourter toute conversation ! Ou l’art de faire comme si ce que l’autre a dit vous intéresse mais pas au point de lui accorder le temps d’en discuter. Cela passe souvent par l’usage des émoticônes. Tel un coup fatal asséné, la personne réagit à votre message par un simple « like ». Pas un mot de plus. Pas un commentaire pour argumenter le pourquoi du comment. Le petit pouce devient réponse à tout. « Tu as raison, j’ai vu le message, j’adhère, continue comme ça, ne lâche rien, tu es trop fort… ». Il clôt le débat. En fait, objectivement, on ne vous claque pas la porte au nez car il y a la délicatesse de se manifester sur votre message. Mais dans les faits, on limite quand même la poursuite de la discussion. La manœuvre est finement menée.
L’usage du soft ghosting peut paraître anodin pour bon nombre de gens qui ne voient dans cela que le simple recours à un outil pour gagner du temps dont on manque réellement. Il n’est pas toujours un acte de déni de l’autre. Et si cette diplomatie du pouce n’est pas maniée à bon escient, cela peut rester blessant, parce que personne n’aime être ignoré. Là encore, la faute aux réseaux sociaux qui peuvent renforcer autant que fragiliser toute estime de soi.

DOSO (Dread of Slacking Off) et JOLGO (Joy Of Letting Go)

JOLGO

Cette envie d’être reconnu coïncide avec la recherche permanente de l’obtention de soi. Elle a plongé des gens dans le désarroi pendant les confinements où avaient disparu les espaces extérieurs pour s’exercer et montrer ses performances sur les réseaux sociaux. Entre donc en scène le DOSO. C’est-à-dire est le fait de ressentir l’effroi devant la perspective de se relâcher. Il n’était plus possible de poster les exploits réalisés, aux sommets d’une montagne ou à l’autre bout d’un  pays lointain. Le confinement a empêché d’exercer les activités d’endurance ou de dépassement physique qui pouvaient restituer chez certains, grâces aux réactions virtuelles recueillies, une bonne image d’eux-mêmes. Cette injonction du dépassement qu’on s’auto-inflige met en lumière une peur du relâchement due à l’incapacité de se surpasser. La quarantaine a forcé à la solitude et fait augmenter les taux de mélancolie et d’anxiété.

A contrario, cette peur du relâchement s’étiole complètement chez les JOLGO. Comprendre dans ce sigle la « joie de lâcher prise ». Comme évoqué plus haut, ce confinement a été l’occasion pour certains de revendiquer un recentrage sur les choses essentielles. Cette attitude invite à se délester du superflu, à sortir de l’isolement plus léger en se concentrant sur ce qui est vraiment important.
Nous avons tous remarqué l’apparition sur les écrans des personnalités publiques en mode « nature » chez elles, dans leurs cuisines, des journalistes moins maquillés prendre l’antenne, et pas coiffés… Nous avons été stupéfaits de découvrir à quoi certains ressemblent vraiment, sans fard. En télétravail par Visio, certains se sont affranchis des normes sociales. Exit le maquillage, bye bye les talons haut perchés pour les femmes. Place à l’envie de se détendre, de profiter en bon hédoniste de cette opportunité pour être, face ou derrière les écrans, tel que l’on est, loin des carcans du paraître. La reconversion en JOLGO a pris un temps…

Tout compte fait, cette période post confinement aura mis en lumière bien de mal-être. Les conséquences ont été assez grandes, surtout chez des adolescents qui ont vu leur taux d’angoisse augmenter même si les écrans ont aussi été salvateurs.
Les phénomènes évoqués dans cet article n’étaient pas nouveaux. ils se sont juste rendus plus visibles avec le recours massif aux réseaux sociaux. Les fins observateurs de la société déterminent déjà des comportements nocifs  liés aux nouvelles habitudes adoptées.

D’autres champs d’exploration restent. Détox digitale, dysmorphophobie, body positive ou autres notions comme booktok regorgent aussi d’O! 

emoji question

Vilédé GNANVO

L’art et l’engagement

L’art et l’engagement

L’association ART’MURS ne se contente pas de promouvoir l’art urbain. Elle a dès sa création eu le désir de s’investir auprès de structures ou institutions qui interviennent dans divers domaines, afin d’optimiser la prévention sanitaire, la sauvegarde de la biodiversité, ou encore l’assistance à une population fragile.

Dans le cadre d’un mois d’octobre dédié, elle rosit pour sensibiliser sur le cancer du sein, en participant avec l’artiste M’SIEU BONHEUR à « l’art pour contrer le cancer » entrepris par Femmes de cœur d’espoir. Lors de cette journée, l’artiste fera un live painting. «Son œuvre sera proposée à la vente en soutien à l’association organisatrice : 50 % du prix de vente leur sera alors reversé en guise d’appui pour les actions de prévention du cancer du sein ».

Car comme le rappelle L’Institut National du Cancer, « Le cancer du sein est le cancer le plus fréquemment observé chez les femmes en France, comme dans l’Union européenne et aux États-Unis… S’il est dépisté à un stade précoce, la survie à 5 ans est de 99 %. ». Il n’est donc jamais vain de rappeler que toute action visant à sensibiliser constitue un apport important dans la lutte à mener pour réduire les risques de développement de la maladie. De simples gestes de palpations suffisent parfois à détecter une anomalie. L’incitation à réduire la consommation d’alcool est tout aussi salutaire.

Graphique sur les chiffres du cancer

Cette préoccupation de sensibilisation s’inscrit tout à fait dans les ambitions qu’Art’Murs, n’a eu de cesse de concrétiser en accompagnant des causes qui contribuent à un mieux-être collectif.

Petit rappel des faits

Son inauguration en 2018 a eu lieu dans les locaux du Secours Populaire IDF. En 2019, elle était aux côtés de l’EFS et l’association Noé pour monter l’expo « A.O.B – l’Art Œuvre pour la Biodiversité ».
                                   
                                       Lire aussi : A.O.B : L’expo qui concilie esthétique et éthique

Durant la pandémie de covid et les 2 confinements qui ont suivi, elle a mené entre autres, le projet solidaire Re-Naissances via une exposition virtuelle. Les recettes des œuvres vendues élevées à 22 585 euros avaient été intégralement partagées entre les artistes et le Secours Populaire IDF.
                                   
                                      Lire aussi : 11 mai 2020 : Tout repose sur le strict art…de mettre le masque

Qu’elle le fasse de manière virtuelle ou physique, l’association Art’MURS collabore avec bon nombre d’artistes également investis dans les problématiques qui invitent à des prises de consciences. Un large aperçu de leur travail est par ailleurs disponible sur la toute nouvelle boutique développée en ligne.

Samedi 28, elle sera présente, aux côtés de M’sieu Bonheur pour une après-midi marquée par des animations culturelles festives, et l’intervention d’un oncologue. L’événement se déroulera à la Maison pour tous Youri-Gagarine, 11 avenue du 1918 à Champigny-sur-Marne . 

L'art contre le cancer

Vilédé GNANVO

Plein Champ : le festival laboureur d’art urbain au Mans

Plein Champ : le festival laboureur d’art urbain au Mans

Du 1er au 3 juillet 2022 a eu lieu le festival d’arts urbains Plein Champ au Mans.
Créé en 2019, ce festival a réuni plusieurs artistes qui ont œuvré durant tout un weekend au parc du Gué de Maulny, dans le centre-ville et dans les quartiers .

Implanté en plein milieu du parc, un cube de 7,5m x 7,5 représente les fresques de 4 street artistes. Il a été réalisé dans l’optique de la célébration du centième anniversaire des 24 heures du Mans, et sera transporté sur le circuit en 2023. On peut voir sur les quatre faces les œuvres signées SETH, invité d’honneur de cette quatrième édition, BKFoxx , IOTA et Spear.

Tout comme pour les éditions précédentes, les réalisations du festival ne sont pas  limitées au parc. De nouvelles fresques ont été peintes dans le centre-ville et sur des façades d’immeubles dans des quartiers où l’action culturelle de la ville vise à tirer parti de l’art urbain pour sensibiliser, informer et inspirer les jeunes. D’autres seront réalisées au cours de l’année et intégrées à un parcours de découverte,  à l’image de l’anamorphose « Rabbit Hole »  de SETH en centre-ville , la fresque « Tourelle de la plate » du street artiste brestois Wen2 dans le quartier des Sablons , « Les coccinelles » de War! . Plein Champ se déploie également à travers d’autres réalisations, des expositions, des ateliers participatifs, des concerts…

 

Au-delà de l’esthétisme, l’art est un moyen privilégié pour mettre le doigt sur les problèmes de la société. Ci-dessous, quelques-unes des œuvres réalisées durant ce festival. Certaines appellent à une reconnexion physique ou spirituelle avec la nature quand d’autres mettent l’accent sur l’urgence de sauver la biodiversité. Les artistes utilisent pour cela un large éventail d’outils et de techniques pour nous lier à la beauté. Tous ont en commun le souci de sensibiliser à une cause ou de mettre en avant une certaine vision du rapport de l’Homme à son environnement.

 

Désarmant!

« Écriture infinie » : œuvre de l’artiste Akelo avec la symbolique forte de la transmission. Le savoir permet de relever la tête, de montrer une affirmation de soi avec la notion de progression dans le mouvement des visages.

C’est un cycle de vie, on rebondit et on relève la tête, avec le signe d’infini, que forment les tresses ♾. On trouve la source d’énergie pour rebondir, grandir et se reprendre dans la sagesse et dans notre propre expérience.

Akelo

Ecriture infinie par Akelo - Festival Plein Champ 2022 au Mans - ©No Fake In My News
Oeuvre réalisée par SMOKA - Festival Plein Champ 2022 au Mans - ©No Fake In My News

Avec Supa Smoka, le spectateur est invité à réagir. Mains actives  sur des visages aux regards captivants … émotion interrogative garantie !

J’ai souhaité travailler autour d’expressions fortes exprimées par le visage. Les grimaces me semblaient être le choix idéal afin de susciter une réaction chez le spectateur. La surprise chez certains, le rire ou même l’indignation, j’ai apprécié écouter les passants partager leurs émotions devant le mur. Les visages et les mains s’entremêlent pour composer une image surréaliste, appuyée par les couleurs saturées et lumineuses

Supa Smoka

L’artiste Naga met lui le doigt sur notre petitesse sur terre. Le déchainement de la nature met l’homme face aux conséquences de ses activités qui participent de son autodestruction.

Je travaille beaucoup sur la vanité, le fait que nous sommes que de passage, la nature représentée par les fleurs reprend ses droits. La Flèche représente l’objet de l’homme, nous sommes notre propre cause de notre extinction… Je sais que ce n’est pas très joyeux mais je parle en général de ce thème dans mon travail, j’essaye de donner une beauté à tout ça, une poésie.

Naga

Oeuvre réalisée par NAGA - Festival Plein Champ 2022 au Mans - ©No Fake In My News
Truite de rivière - réalisée par TEUTHIS au festival Plein Champ 2022 - ©No Fake In My News

Quant à Teuthis , il essaie de nous faire prendre conscience de notre responsabilité, l’impact humain restant le principal contributeur à une extinction de masse. L’esthétique visuelle n’en demeure pas moins explicite quant aux dégâts causés.

Il s’agit d’une truite qui lutte pour sortir des déchets, malheureusement une représentation de la réalité, c’est un des poissons qui morfle le plus dans les rivières françaises. J’aimais bien le contraste entre la beauté des poissons multicolore et les déchets en nuances de gris.

Teuthis

La combinaison art et sensibilisation via ce genre de festival  pousse les spectateurs à faire face aux réalités du dérèglement climatique ou de l’exploitation des ressources naturelles . Nous nous interrogeons sur des systèmes auxquels nous participons tous, directement ou non. Plusieurs autres œuvres ont retenu l’attention en ce sens, avec des symboliques fortes. Parmi elles, celle de Rouge Hartley, Licea , Olivia Paroldi , Insecte , STOM500Kogaone  ou encore Lapin Blanc .

Enfin, c’était un bonheur particulier de retrouver  la puissance des regards  (ici avec DUA) sur le mur  peint au pastel à l’huile par Emyart’s . Une artiste riche d’un parcours pluridisciplinaire, d’une spontanéité dans la démarche créatrice que j’ai eu le plaisir de longuement interviewer en juillet 2021 … et dont je n’ai pas fini de parler.

Oeuvre réalisée par EmyArt's - Festival Plein Champ 2022 au Mans - ©No Fake In My News

Gainsbourg et cætera…

Gainsbourg et cætera…

Cette exposition proposée depuis le 27 février à la Galerie OneTouTou examine Gainsbourg sous plusieurs facettes: sa musique, sa créativité, et sa singularité. « Une quarantaine d’artistes (peintres, pochoiristes, illustrateurs, dessinateurs, photographes…) ont contribué à l’événement pour rendre hommage au chanteur, parolier, musicien…à l’occasion du 30e anniversaire de sa disparition. » [1]

Créativité et engouement

Disposées dans 3 salles dont les stands annexes de la galerie située au stand 122 du Marché Dauphine, les œuvres invitent à entrer dans une ambiance rétro des années quatre-vingt à travers photos, illustrations, peintures, dessins, pochoirs… Ce choix de répartition physique permet « d’avoir l’espace d’aération nécessaire pour apprécier les œuvres exposées, d’autant que la distanciation physique est plus que jamais de rigueur » [2]

Cette figure provocatrice loin de faire l’unanimité était parfois conspuée pour les valeurs qu’il véhiculait. Pour autant, en matière de perception, les artistes qui lui rendent hommage ici semblent avoir en commun, les indicateurs positifs d’appréciation de sa personnalité : un esprit engagé et transgressif mis en avant pour mieux cacher une sensibilité à fleur de peau.

Chacune des créations y va de la réimagination d’un Gainsbourg prompt à aller à rebours du système établi. Elles explorent aussi  la thématique de la liberté de ton. Ni les instruments dont ils se sont emparés, ni les couleurs, et encore moins les supports des œuvres ne figent le visiteur dans un passé ou une nostalgie, tout reste dans l’air du temps.

Capturées à plusieurs reprises par le photographe PierreTerrasson , les créations examinent la complexité du chanteur poète , avec sa personnalité à double tranchant collant à ceux qui « consument» la vie. Les affinités entre la peinture et la photographie se mesurent dans les collaborations d’un Yarps « fan depuis toujours de Gainsbourg » qui s’empare des photos pour en présenter des déclinaisons en pochoir.

Sont également proposées en clin d’œil musical, des réalisations sur disques vinyles, ou encore des portraits de l’artiste « clope au bec » (par exemple les pochoirs sur toiles  de Mr.Lolo ou Diane ), cet élément indissociable du personnage à une époque où fumer sur un plateau de télé était monnaie courante.

En parlant de monnaie, d’autres comme Carole b. dévoilent une création en prenant pour base la matière « argent » à l’origine de l’un des actes les plus controversés de Serge Gainsbourg qui avait effrontément brûlé le billet de 500 Francs en direct à la télévision.

Une « vielle canaille » représentée par Crey132 dans une toile réalisée à la bombe et qui ressemble à s’y méprendre à une photographie tant elle capture techniquement la lumière. Quant à Mélissa Perre , elle souligne l’imbrication constante entre vie privée et vie publique de l’artiste multidisciplinaire, avec la production d’une toile sur ardoise, « Jane, à la folie » réalisée à la gouache et acrylique, entièrement peinte à la main. Cette toile montre le couple ainsi formé pendant un certain temps,  artistiquement et intimement.

Mon focus!

Je retourne ma veste - Par AKELO - ©nofakeinmynews.com
Pour ma part, j’ai trouvé qu’il y avait de très belles pièces proposées dans les 3 trois salles. Je me suis un peu plus attardée sur « Je retourne ma veste », magnifique peinture réalisée à l’huile sur un support en bois par l’artiste Génia Akoulova, akka Akelo , et qui m’a livré en mini interview quelques mots sur l’œuvre, sa motivation à participer à l’exposition et son morceau préféré. 

Jean Yarps m’a invité à participer à cette expo extraordinaire, car il a beaucoup aimé mon travail sur l’hommage à Pedrö! de Belleville et j’en suis très heureuse.
J’ai choisi cette forme en référence aux icônes qui se plient, pour souligner ses racines russes juives. (Ses parents parlaient russe à la maison et ont été chrétiens orthodoxes). Pour moi Gainsbourg c’est un poète, un ménestrel, d’où sa chemise un peu Botticelliène ».
Mon morceau préféré c’est “le boomerang” mais j’aime beaucoup plein d’autres. Je pense que mis à part son véritable talent pour l’écriture, sa capacité de s’approprier toutes les musiques du monde et en faire des choses originales, le fait qu’il est inclassable me plaît beaucoup

Akelo

ETC…

Assez peu interessée dans les années 80  par son style musical, je suis restée bloquée sur l’image d’un homme dont les coups d’éclat médiatiques m’exaspéraient. Je n’ai donc jamais cherché à explorer l’étendue du talent de Serge Gainsbourg.

Pour autant, l’hommage rendu par la quarantaine d’artistes qui se sont investis dans cette expo ne me laisse pas de marbre. Car de part l’éclat, les couleurs et les messages qui caractérisent les œuvres exposées, une connexion évidente semble s’être faite entre le chanteur décédé et ceux qui le célèbrent, révélant un engouement profond pour son univers, sa personnalité et la façon singulière par laquelle il a marqué une époque.

Vous l’aurez compris, en y allant, votre regard s’arrêtera forcément sur plusieurs objets d’art dont la densité donne une dimension poétique à l’expo, riche d’une programmation éclectique. Vous pourrez feuilleter des ouvrages dédiés, repartir avec des pièces disponibles et accessibles à tout budget, ou encore assister à des performances live.

Vilédé GNANVO

Pour plus d’informations

L’expo, se déroule tous les samedis, dimanche et lundi de 10H à 18H , jusqu’au 18 avril 2021 !
Lieu : Galerie OneTouTou (actuellement occupée par Yarps, Reyol Enjoy et la plateforme We Need Art)
           (stand 122) Marché Dauphine   132-140 rue des Rosiers
           93400 Saint-Ouen

Sources 
[1] Dossier de presse de l’expo
[2] @anna_panam_

Pin It on Pinterest